"Mothering Sunday": un drame intime mis en scène avec une grande sensualité, notamment dans la façon de filmer l'actrice déambulant nue dans une grande maison vide

La Française Eva Husson signe un drame anglais sensible, avec Odessa Young et Josh O’Connor.

En juillet 2021, Eva Husson faisait son retour sur la Croisette, trois ans après l'accueil catastrophique réservé en Compétition aux Filles du soleil , son deuxième film, sur les combattantes kurdes avec Golshifteh Farahani et Emmanuelle Bercot. Pour son premier film anglais, la Française, formée à l'American Film Institute de Los Angeles, adapte le roman homonyme publié par Graham Swift en 2016, auteur britannique dont Waterland avait déjà été porté à l'écran en 1992, avec Jeremy Irons.

Ce drame historique sensible s'intéresse au destin de Jane Fairchild (Odessa Young), jeune orpheline au service de Mrs et Mr Niven (Olivia Colman et Colin Firth), un couple d'aristocrates vivant à Beechwood, dans la campagne anglaise, et ravagés par la mort de leur fils sur le champ de bataille. En ce dimanche 23 mars 1924, la "Journée des mères" (Mothering day), la petite bonne a droit à sa journée. Alors que les Niven ont rendez-vous pour un pique-nique au bord de l'eau avec deux couples d'amis proches, les Sheringham et les Hobday, la jeune fille rejoint son amant, Paul Sheringham (Josh O'Connor, dans un rôle très proche de celui du Prince Charles qu'il tenait dans les saisons 3 et 4 de The Crown sur Netflix), étudiant oisif qui doit prochainement épouser Emma Hobday (Emma D'Arcy)…

Travail de remémoration

Cette histoire marquée par le deuil au lendemain de la Première Guerre mondiale, c'est celle qu'essaye d'écrire Jane Fairchild, devenue écrivaine (Glenda Jackson). La structure narrative de Mothering Sunday est en effet assez complexe, Eva Husson mêlant les époques et les registres pour mettre en scène, de façon subtile, le travail de remémoration de l'autrice octogénaire derrière sa machine à écrire.

Ce qui frappe dans le troisième long métrage de la Française, c'est la façon dont elle détourne la reconstitution historique à l'anglaise (décors, costumes et comédiens irréprochables) grâce à une mise en scène maniériste, délicate, qui suspend le temps, comme pour étirer cette journée-clé dans la vie d'une femme. Très gros plans, flous artistiques, partition joliment étrange ou dissonante de la chanteuse américaine Morgan Kibby… Eva Husson met en scène ce drame intime avec une grande sensualité - déjà présente dans son premier film, le provocateur Bang Gang (une histoire d'amour moderne) en 2015. Notamment dans sa façon de filmer son actrice Odessa Young (jeune Australienne vue notamment aux côtés d'Elisabeth Moss dans Shirley ), déambulant nue dans une grande maison vide. Confondant parfois sensibilité et sensiblerie dans la mise en scène d'une romance endeuillée, la cinéaste signe néanmoins un très beau portrait de femme.

Mothering Sunday Drame romantique De Eva Husson Scénario Alice Birch (d'après le roman de Graham Swift) Photographie Jamie Ramsay Avec Odessa Young, Josh O'Connor, Olivia Colman, Colin Firth… Durée 1h50.

"Mothering Sunday": un drame intime mis en scène avec une grande sensualité, notamment dans la façon de filmer l'actrice déambulant nue dans une grande maison vide
©D.R.