"Caro diario" : le film iconique de Nanni Moretti ressort en salles en version restaurée et il n’a pas pris une ride

"Je garderais le tour en Vespa, car il y en a encore. Par contre, ce serait une nouvelle, car la vieille est en pension au Musée du cinéma de Turin. Elle était très fatiguée… Et le troisième chapitre pourrait être similaire, car, entre-temps, après 20 ans, j’ai eu une nouvelle tumeur. En somme, ce qui plaît encore dans ce film, c’est sa légèreté. Quand j’ai commencé à le tourner, j’ai senti que c’était proche de l’irresponsabilité que j’avais quand je faisais des films en Super-8 à 20 ans. Cela me plaît tant de tourner de façon légère, avec peu de personnes. Tourner sans angoisse en un sens…"

En juillet 2020 à Cannes, où il présentait en Compétition son dernier film Tre piani , quand on lui demandait s'il pourrait refaire Caro diario aujourd'hui, Nanni Moretti se montrait assez nostalgique de ce film qui, après Palombella rossa en 1989, acheva de faire de l'Italien un réalisateur majeur du cinéma contemporain. Vingt-huit ans après avoir lui avoir valu le prix de la mise en scène en Compétition à Cannes, ce film iconique ressort en salles dans une version magnifiquement restaurée. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'a pas pris une ride.

Rome l’été

Dans sa première partie - une balade iconique en Vespa dans les rues de Rome -, Journal intime nous replonge dans l'ambiance estivale de la capitale italienne, quasi morte. Même les cinémas sont fermés. "Les seuls films que l'on peut voir sont des films pornographiques, d'horreur ou… italiens", se moque gentiment Moretti. Tout comme il se désole de la vie médiocre qui règne dans les quartiers chics, marqués par l'odeur des pizzas déjà cuites dans leur boîte en carton et des cassettes vidéo. En cela il n'a pas changé, le cinéaste, à la tête du cinéma Sacher à Rome, reste un partisan acharné de la salle !

Construit en trois parties - En Vespa (conçue à l'origine comme un court métrage), Les Îles et Les Médecins -, Caro diario n'est pas un film classique. Non linéaire, le film se contente de croquer des petits épisodes poétiques, burlesques - toute la partie dans les îles, de Lipari à Stromboli - ou plus ironiques, même lorsqu'il s'agit pour le cinéaste de mettre en scène sa relation compliquée avec les médecins au moment de son cancer en 1991.

À travers ces petites saynètes drolatiques, Nanni Moretti dessine un portrait de son époque qui reste étonnamment actuel. Que ce soit le rapport à la politique, l'addiction au petit écran - ah ! cette scène autour d'Amour, gloire et beauté sur les pentes du volcan de Stromboli (en clin d'œil à Rossellini) - ou aux médicaments. Mais tout est ici fait avec un regard bienveillant, une grande humanité et une telle légèreté que jamais on n'a l'impression d'assister à une leçon de morale. Du Moretti à l'état pur !

Caro diario / Journal intime Comédie romaine Scénario &r éalisation Nanni Moretti Musique Nicola Piovani Avec Nanni Moretti, Renato Carpentieri, Jennifer Beals… Durée 1h40.

"Caro diario" : le film iconique de Nanni Moretti ressort en salles en version restaurée et il n’a pas pris une ride
©D.R.