James Caan, le dur et le doux

L’acteur américain James Caan est mort à l’âge de 82 ans. Son rôle de Sonny Corleone dans "Le Parrain" l’a "typecasté", à vie, en mafieux nerveux. Une virilité dont il a su dévoiler les fragilités.

"Misery”, 1990. Comme Conan Doyle a fait disparaître Sherlock Holmes, l’écrivain (James Caan) imaginé par Stephen King veut se débarasser de son héroïne Misery. Une lectrice n’est pas d’accord du tout.
"Misery”, 1990. Comme Conan Doyle a fait disparaître Sherlock Holmes, l’écrivain (James Caan) imaginé par Stephen King veut se débarasser de son héroïne Misery. Une lectrice n’est pas d’accord du tout. ©D.R.
Le déclic d'une carrière peut se nicher dans les endroits les plus improbables. James Caan, par exemple, c'était dans une chambre froide de la 14e rue à New York. Elle appartenait à son père, son parrain, son grand-oncle, une famille de bouchers d'origine juive allemande. Dès 4 h du matin, il soulevait des carcasses de 100-150 kilos, par moins 15 degrés, été comme hiver. Aucune envie de faire cela toute sa vie. Avec de pareilles épaules,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité