"Là où chantent les écrevisses" : Mélo dans les marais

Un drame romantique ultra-convenu dans l’Amérique profonde.

"Là où chantent les écrevisses" : Mélo dans les marais

Caroline du Nord, 1969. Petite bourgade tranquille, Barkley Cove est réveillée de sa torpeur par la découverte, dans les marais, du cadavre de Chase Andrews (Taylor John Smith), ancien champion de football américain du lycée. Immédiatement, tous les regards se tournent vers Kya (Daisy Edgar-Jones, jeune actrice anglaise découverte dans la série Normal People), que tout le monde surnomme "la fille des marais". Vivant seule dans une petite maison dans les marais après avoir été abandonnée, enfant, par toute sa famille, celle-ci entretenait en effet une liaison cachée avec le jeune homme de bonne famille.

Alors que la police et toute la ville sont déjà convaincues de la culpabilité de Kya, Tom Milton (David Strathairn), un avocat à la retraite, se propose d’assurer la défense de cette jeune marginale qui, à la société corsetée de Barkley Cove, préfère celle des oiseaux, insectes et autres coquillages des marais, qu’elle collectionne et dessine avec passion…

D’après un best-seller

Zoologiste reconnue née en Géorgie en 1949, l'Américaine Delia Owen signait en 2019 Là où chantent les écrevisses, un premier roman qui s'est transformé en best-seller international paru en français au Seuil. De quoi attirer l'attention de Reese Whiterspoon, qui produit cette adaptation au grand écran confiée à Olivia Newman. Pour son second long métrage après First Match en 2018 (portrait d'une jeune fille des quartiers pauvres de Brooklyn se mettant à la lutte pour renouer avec son père), la cinéaste américaine retrouve donc une héroïne coupée de sa famille, luttant seule pour sa survie depuis son enfance. Comme on le découvre, le film alternant entre présent et le passé de la jeune fille raconté en flash-backs.

Assumant pleinement le mélo, Olivia Newman signe un drame 100 % américain, non seulement par ses décors - ces magnifiques marais de Caroline du Nord peuplés d’une faune sauvage -, mais surtout par sa description d’une Amérique éternelle, aux personnages et aux relations totalement stéréotypées : le père alcoolique et violent, l’orpheline innocente, les braves Noirs qui la prennent sous son aile, le gentil garçon qui lui apprend à lire, le riche sportif qui va abuser de sa confiance… Convenu, trop convenu.

Les écrevisses, c'est bon quand c'est bien préparé. Mais là, la recette est trop fade, manquant cruellement piquant. Malgré son twist féministe final plus retors qu'à l'accoutumée, Là où chantent les écrevisses ne parvient en effet jamais à s'extirper de sa joliesse romantique.

Là où chantent les écrevisses / Where the Crawdads Sing Mélodrame De Olivia Newman Scénario Lucy Alibar (d'après le roman de Delia Owens) Avec Daisy Edgar-Jones, Taylor John Smith, Harris Dickinson, David Strathairn… Durée 2h05

"Là où chantent les écrevisses" : Mélo dans les marais
©IPM