En se glissant dans la robe de l’icône Marilyn Monroe, Ana de Armas veut parachever son rêve américain

Portrait de l'actrice cubaine, primée ce samedi à Deauville, qui incarne Marilyn Monroe à l’écran.

AFP
Ana de Armas
©Chris Pizzello/Invision/AP

Peut-être le rôle d'une vie : en se glissant dans la robe de l'icône Marilyn Monroe dans un biopic présenté à Venise et à Deauville où elle a reçu samedi le prix du Nouvel Hollywood, la Cubaine Ana de Armas veut parachever son rêve américain. Rien ne semblait destiner celle qui est née juste avant la fin de la guerre froide, en 1988, sur le sol de la dictature castriste, à enchaîner les block-busters. C'est pourtant cette jeune actrice au sourire charmeur et à la carrière stratosphérique qui a été choisie par Andrew Dominik pour ce rôle en or.

Brune aux yeux noisette, Ana de Armas a passé son enfance et son adolescence à Cuba. À 14 ans, celle qui a découvert le cinéma américain devant sa télévision intègre une école de théâtre, encouragée par ses parents. Deux ans plus tard, elle tourne son premier film...

Les rivages de l'île communiste sont rapidement trop étroits. Et Ana de Armas décide de partir à 18 ans pour Madrid, où elle rejoint ses grands-parents. Elle décroche rapidement un rôle dans une série, El internado. Puis, en 2006, elle s'envole pour Hollywood… sans parler anglais !

Qu'importe, elle se lance dans quatre mois de cours intensifs. Sa carrière américaine va rapidement s'accélérer, avec notamment une prestation remarquée dans Blade Runner 2049 (2017), la suite du film culte de Ridley Scott. Mais c'est son pas de deux avec Daniel Craig qui l'installe définitivement : d'abord dans le film à énigme À couteaux tirés puis dans le dernier James Bond, Mourir peut attendre.

Elle rejoint ainsi le cercle des "James Bond Girls", mais dans une version modernisée, loin des faire-valoir de certains opus.

Preuve de son éclectisme, elle joue aussi bien chez Olivier Assayas (Cuban Network) que chez Adrian Lyne, l'auteur de 9 semaines 1/2 et Liaison Fatale, usant de son pouvoir de séduction face à son compagnon de l'époque, Ben Affleck, dans l'oubliable thriller érotique Eaux profondes.

C'est sa prestation dans Blonde, le biopic sur Marilyn Monroe, attendu aussi sur Netflix, qui pourrait la faire passer définitivement dans une autre dimension. Un rôle qu'elle dit avoir préparé par des dizaines d'heures de lecture et où sa ressemblance avec Marilyn Monroe est stupéfiante… au prix de longues heures de maquillage. (D'après AFP)