"Les enfants des autres": Virginie Efira d'une rare justesse dans ce drame déchirant

Virginie Efira, très touchante dans la peau d’une femme en prise avec un désir d’enfant tardif, dans un drame sensible de Rebecca Zlotowski.

Il y a quelques jours, Virginie Efira illuminait la Mostra de Venise, à l'affiche des Enfants des autres de Rebecca Zlotowski, qui aurait pu lui valoir le prix d'interprétation. La comédienne franco-belge est en effet d'une rare justesse dans le rôle de Rachel, une femme d'une quarantaine d'années tout ce qu'il y a de plus banale. Prof de français dans un lycée parisien, Rachel adore son métier et ses élèves, mais en ce moment, elle est distraite par les SMS reçus d'un certain "Ali guitare". À son cours de guitare, Rachel a en effet craqué sur Ali (Roschdy Zem), un brillant designer automobile qui vit seul, depuis sa séparation avec Alice (Chiara Mastroianni), la mère de sa petite fille de 4 ans et demi, Leila (craquante Callie Ferreira). Entre Rachel, la juive, et Ali, l'Arabe, le courant passe immédiatement et, rapidement, les voilà en couple. Quand Rachel rencontre Leila pour la première fois, elle tombe immédiatement sous le charme. Face à cette adorable petite fille, à laquelle elle s'attache de plus en plus, la quadragénaire commence à réfléchir aux choix qu'elle a faits dans sa vie, notamment au fait de ne pas avoir d'enfants. D'autant que son gynécologue M. Wiseman (le cinéaste américain Frederick Wiseman, savoureux dans ce rôle inattendu !) lui dit que le temps presse et que ses chances de devenir mère un jour sont minimes…

"Les enfants des autres": Virginie Efira d'une rare justesse dans ce drame déchirant
©Liberty

Drame banal et déchirant

Découverte avec Belle épine et Grand Central, Rebecca Zlotowski avait surpris avec le très étrange Planétarium, avec Natalie Portman et Lily Rose-Depp en 2016. Après Une fille facile, dévoilé à Cannes en 2019 mais resté inédit chez nous, la Française revient avec un nouveau portrait de femme, moins cérébral, plus humain.

Son film, Zlotowski dit l'avoir voulu comme une "lettre d'amour aux femmes qui n'ont pas d'enfant". Mère sur le tard - elle est tombée enceinte durant le tournage du film -, la réalisatrice aborde un sujet à la fois très personnel (pour ne pas dire autobiographique) et universel, qui touche de très nombreuses femmes et hommes et qui est pourtant rarement traité au cinéma. Refusant toute forme de spectaculaire, Les Enfants des autres reste toujours du côté de la vie quotidienne. Les scènes sont simples, souvent anodines : un repas en famille, la petite à aller chercher au judo, des vacances en Camargue… Mais c'est au cœur de cette banalité que se noue le drame intime de l'héroïne. Dans une réflexion innocente de la petite Leila, mais pourtant terriblement blessante. Dans un mot maladroit de son amoureux, qui la fait se sentir étrangère à sa vie et à celle de sa fille. Alors que, comme elle le lui dit : "C'est aussi ma vie à moi…"

Si l’on vibre sans cesse face à la douleur de cette femme, c’est aussi grâce à la performance de Virginie Efira. Ou plutôt l’absence de performance… Toujours aussi naturelle, l’actrice impressionne par sa retenue, par son intériorité, pour nous faire vivre au cœur ce drame banal et déchirant.

Les Enfants des autres Drame- Scénario et réalisation:Rebecca Zlotowski - Photographie : George Lechaptois - Musique : ROB - Avec Virginie Efira, Roschdy Zem, Callie Ferreira, Chiara Mastroianni… Durée 1h44.

"Les enfants des autres": Virginie Efira d'une rare justesse dans ce drame déchirant
©LLB

Sur le même sujet