Pass Cineville: Le cinéma art et essai en illimité

Lancé fin juin à Bruxelles, le Pass Cineville fait sa rentrée pour redynamiser les salles. Avec une formule d'abonnement mensuel pour un accès illimités aux salles affiliées...

Pass Cineville: Le cinéma art et essai en illimité
©Cineville

La fréquentation de salles a beaucoup souffert de la crise Covid. Pour tenter de redynamiser le secteur, quatre cinémas art et essai bruxellois (Galeries, Palace, Vendôme et Kinograph) unissaient leurs forces pour lancer, fin juin, le Pass Cineville. Un pass illimité à 21€ par mois (18€ pour les - de 26 ans), avec un abonnement minimum de quatre mois. Au 8 septembre dernier, quelque 800 Bruxellois s’étaient déjà laissés séduire par l’offre.

Cette semaine, Cineville fait sa rentrée avec une campagne de promotion et un élargissement de l’offre aux cinémas Nova, Aventure, Flagey et Cinematek (à partir du 1/12 pour ce dernier) avec, comme ambition, de franchir la barre des 3000 abonnés d’ici la fin de l’année. Avant un élargissement au reste du pays courant 2023. Des discussions sont en effet en cours avec des exploitants, tant au sud qu’au nord du pays.

Ce Pass Cineville est géré par une société coopérative, la Belgian Arthouse Cinema Pass, qui permet aux salles à coopérer, notamment en organisant des actions de marketing pour concurrencer les multiplexes. C'est le cas à partir de ce jeudi 23/9, où tout nouvel abonné pourra inviter trois amis gratuitement lors d'une série de séances spéciales. L'occasion, par exemple, de revoir au Vendôme Turist (23/9) et The Square (24/9) de Ruben Östlund, dont le nouveau film et la seconde Palme d'or The Triangle of Sadness sort mercredi. Ou de redécouvrir, en compagnie du monteur hollywoodien Paul Hirsch, le génial La Folle journée de Ferris Bueller (1986) de John Hughes, le 29/9 au Palace.

Pass Cineville: Le cinéma art et essai en illimité
©September

L’exemple néerlandais

Le Pass Cineville bénéficie du retour d’expérience du même pass, lancé dès 2009 aux Pays-Bas. À l’époque, le constat était déjà peu ou prou le même : une perte de spectateurs dans les salles art et essai, dont le public se faisait vieillissant (âgé majoritairement de plus de 50 ans) et une concurrence directe de la carte Pathé illimité - équivalent de la carte UGC illimité chez nous (à 18,90€ par mois). Ce Pass Cineville avait pour vocation de rendre plus attractives les salles art et essai et de rajeunir leur image. Et cela a fonctionné. Treize ans plus tard, le réseau néerlandais Cineville est composé de 55 cinémas à travers le pays et peut compter sur 55000 abonnés, qui se rendent 1,5 million de fois au cinéma. Des cinéphiles plus assidus - ils vont en moyenne trente fois plus au cinéma - mais aussi plus curieux, allant voir des films vers lesquels ils ne se seraient pas tournés.

Des chiffres d’autant plus encourageants que les abonnés sont restés fidèles à la salle. Si Cineville Pays-Bas a connu une chute de ses membres durant la crise Covid - redescendu à 40000 -, il est aujourd’hui remonté au même niveau qu’avant la crise. L’autre grande réussite de l’opération, c’est, par son prix attractif pour les moins de 26 ans, d’avoir réussi à séduire les plus jeunes. Chez nos voisins, les 24-25 ans représentent ainsi quasiment un cinquième des membres de Cineville…

Pass Cineville: Le cinéma art et essai en illimité
©D.R.