Star Wars : Dark Vador prend sa retraite

L’Américain James Earl Jones, 91 ans, ne prêtera plus sa voix au grand méchant de Star Wars. Mais on l'entendra encore...

Alain Lorfèvre
AP / Lucasfilm
AP / Lucasfilm ©AP / Lucasfilm

Depuis 45 ans, sa voix est peut-être la plus connue du cinéma mondial, celle qui a prononcé la phrase culte "Luke, je suis ton père".

L'Américain James Earl Jones, 91 ans, a officiellement renoncé à doubler le Lord Sith, figure mythique de la saga La Guerre des Etoiles. L'acteur prend sa retraite, bien méritée. Mais on entendra encore sa voix, grâce aux technologiques numériques.

James Earl Jones a signé un accord avec Lucasfilm afin que les enregistrements de sa voix puissent être utilisés à l'avenir. "Lorsqu'il a fait état de son souhait de se retirer, nous nous sommes demandé comment aller de l'avant" a expliqué Matthew Wood, de Lucasfilm, à la revue Vanity Fair.

Un logiciel ukrainien

Wood a enregistré la voix de Jones une douzaine de fois en 32 ans de carrière à Lucasfilm, précise-t-il. La dernière fois que l’acteur a enregistré un dialogue de Dark Vador, c’était en 2019 pour The Rise of Skywalker. C’est alors qu’il a exprimé son désir d’arrêter.

Les acteurs ou cascadeurs ayant endossé l'armure de Dark Vador ont été nombreux depuis 1977 et le Britannique David Prowse (1935-2020). Mais le timbre grave de James Earl Jones a assuré la continuité et la personnalité de Dark Vador jusqu'à la récente mini-série Obi-Wan Kenobi (Disney +).

Pour celle-ci, les techniciens de Lucasfilm ont déjà eu recours au logiciel d'une start-up ukrainienne, Respeecher, pour assembler des dialogues à partir d'enregistrements antérieurs de James Earl Jones. Respeecher avait déjà collaboré à la série The Book of Boba Fett afin de recréer la voix du jeune Luke Skywalker.

Bogdan Belyaev, le fondateur de 29 ans de Respeecher, œuvrait sur la voix de James Earl Jones lorsque retentissaient les sirènes d'alerte des premiers bombardements sur Kiev, au début de l'invasion russe, fin février, rapporte Vanity Fair.

James Earl Jones a supervisé ce travail et donné son approbation avant de signer un accord formel avec Lucasfilm pour des utilisations futures.

Le premier président noir

Né le 17 janvier 1931 à Arkabutla, dans l'État du Mississippi, James Earl Jones est une légende vivante du théâtre américain. Il a reçu deux Tony Awards, en 1969 pour L'Insurgé (The Great White Hope), et en 1987 pour Fences. En 1970, il a fait sensation en devenant un des premiers acteurs noirs à interpréter le rôle-titre dans Le Roi Lear, de William Skakespeare. Deux ans plus tard, il incarne le premier président africain-américain de fiction dans le téléfilm The Man (1972) de Joseph Sargent.

Il obtient son premier rôle au cinéma en 1964 dans Docteur Folamour de Stanley Kubrick. Son premier grand rôle est celui du boxeur Jack Jefferson dans L'Insurgé (1970), reprise de son rôle au théâtre, et il est nommé pour celui-ci à l'Oscar du meilleur acteur.

Ses rôles les plus connus au cinéma sont ceux de Thulsa Doom dans Conan le Barbare (1982) et de l'amiral Greer dans À la poursuite d'Octobre rouge (1990), Jeux de guerre (1992) et Danger immédiat (1994).

Bègue lorsqu’il était enfant, James Earl Jones a surmonté son handicap grâce à la poésie et l’art dramatique. Sa voix de basse à la diction impeccable en a fait un narrateur fréquent de documentaire ou de voix off au cinéma.

En 1977, George Lucas le sollicite pour prêter sa voix à Dark Vador dans La Guerre des étoiles (Lucas avait pensé d'abord à Orson Welles), pour remplacer celle du Britannique David Prowse jugée trop vulgaire. L'acteur refuse à l'époque d'être crédité au générique, jugeant mineure sa participation (il le sera finalement lors de la ressortie du film en Édition spéciale, en 1997). Il a prêté aussi sa voix à Mufasa dans Le Roi lion (1994).