"MeToo n’a rien changé sur les tournages en France et en Belgique"

Une campagne de formations est lancée afin de changer le climat qui règne sur certains tournages en Belgique. Où la promiscuité et la précarité des statuts donnent lieu à divers types de violences (sexistes). Dans de nombreux pays (France, États-Unis, Suède), ces formations sont obligatoires.

Karin Tshidimba
Tout le monde se souvient de la réaction d’Adèle Haenel lors des César 2020 face à l’absence de prise en compte de la parole des comédiennes agressées et des remous autour de l’affaire Weinstein aux États-Unis. Mais, dans les faits, qu’est-ce qui a changé concrètement sur le plan des violences sexistes et sexuelles dans le milieu du cinéma ? La question est au cœur de la campagne lancée en ce début du mois d’octobre...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité