Un Belge rentre dans l’histoire de Questions pour un Champion: "C’est un marathon"

Après avoir signé sa 17ème victoire mercredi 5 octobre, Nicolas Hanot, un Froidchapellois, est devenu le grand gagnant du célèbre jeu télévisé "Questions pour un champion".

La Rédaction
Un Belge rentre dans l’histoire de Questions pour un Champion: "C’est un marathon"
©IPM

Nicolas, un Belge d’une trentaine d’années originaire de Froidchapelle, a égalé le record de victoires d’affilée dans l’histoire du jeu "Questions pour un champion". Mercredi 5 octobre, il signait sa 17ème victoire.


Le Belge confie s'être préparé à l'émission pendant de longs mois et de longues années, notamment grâce à un logiciel en open source appelé "Anki" qui permet de créer des sortes de fiches virtuelles. Il explique s'être préparé en commençant par faire des listes des capitales, des grands gagnants sportifs et autres.

Ensuite, il a regardé les autres émissions pour identifier les autres sujets cibles du jeu télévisé. Il explique s'être rapidement mis au défi en diversifiant ses connaissances. "La culture générale n'est pas universelle. Questions pour un Champion, c'est très franco-français. Je me suis intéressé au sport français même si ça ne m'intéressait pas." Il précise qu'à l'inverse, "il y a peu de questions sur la culture geek. Les people actuels, il y en a de temps en temps. Mais le gros des questions c'est tout ce qui est de la génération des années 60" avant de souligner qu'il existe des questions récurrentes telles que celles qui portent sur les Oscars etc.

Ce professeur de français s'est aussi entraîné en allant rendre visite aux clubs de fans. "Je suis aussi allé dans quatre clubs de fans de Questions pour un Champion : à Châtelet, à Lasne, à Locon (près de Béthune, dans le Nord de la France) et Saint-Amand-les-Eaux (au nord de Valenciennes)."

Sa première participation, victorieuse, remonte à 2012. En 2018, il revient et remporte une spéciale "langue française". Il élimine le champion en titre et quelques émissions plus tard il remporte la cagnotte élevée à 20.800 euros.

Le parcours aurait dû s'achever là pour le Belge mais il a pu poursuivre l'aventure grâce à une modification du règlement du jeu télévisé qui a intégré depuis l'année passée une règle permettant au candidat qui remporte la cagnotte de rester tant qu'il le souhaite. Depuis, il enchaîne les victoires.

Au-delà des performances mentales, le jeu nécessite également une certaine résistance physique. Nos collègues de la RTBF relèvent en effet que les émissions sont enregistrées en banlieue parisienne sans aucune interruption. Le gagnant qui décide de poursuivre le jeu doit directement enchaîner pour une nouvelle émission où il repart de zéro avec des candidats plus frais que lui.

"Si tu joues un match de Questions pour un champion, tu cours un sprint. Toute la journée, c'est un marathon. Après le match, il y a le risque de se relâcher. Il ne faut pas et rester concentré à chaque fois. Tout seul, je n'y serais pas arrivé. Physiquement et nerveusement c'est vraiment très dur", confie-t-il.