Le retour de "bébé Yoda" : le cadeau du studio Ghibli aux fans de Star Wars

Disney + a mis en ligne un court métrage mettant en scène Grogu. Une collaboration exceptionnelle entre le studio de Totoro et Lucasfilm.

Grogu et ses nouvelles copines, les susuwatari du studio Ghibli.
Grogu et ses nouvelles copines, les susuwatari du studio Ghibli. ©Studio Ghibli and Lucasfilm

C’est une surprise que même Disney a conservé secrète jusqu’au dernier moment. Le 12 novembre, les abonnés de Disney + et les fans de Star Wars ont découvert sur la plateforme trois minutes de bonheur et de poésie.

Zen : Grogu et les Susuwatari met en scène la rencontre entre la charmante créature surnommée "bébé Yoda", mascotte de la série The Mandalorian et les "noiraudes" (susuwatari en japonais), ces petites boules de poussière qui peuplent la maison dans Mon voisin Totoro, le chef-d’œuvre d’Hayao Miyazaki, emblème du studio japonais Ghibli.

À lire : "Andor", le retour du "Mandalorian", Jude Law et Rowario Dawson : la galaxie Star Wars s'étend

Grogu, qui, comme son aîné Yoda, doit beaucoup à la culture asiatique, apparaît dans un sommeil méditatif. Des susuwatari viennent le tirer de sa douce léthargie et entament avec lui un court ballet. Au terme de leur sarabande amicale, les noiraudes font un cadeau à leur nouvel ami.

Leur geste ressemble à un hommage métaphorique des animateurs de Ghibli aux créateurs de Grogu.

Réalisé par Katsuya Kondo, ce charmant petit film est doté d’un trait simple qui rappelle les illustrations traditionnelles de Keisai Eisen, le grand maître du "dessin abrégé" et l’illustration animalière nippone.

Ghibli avait titillé avec les fans, avec une série de tweets montrant des figurines de Grogu sur les bureaux du studio, dont une avec la silhouette floue d’Hayao Miyazaki à l’arrière-plan.

Disney et Lucasfilm n’ont révélé la collaboration que le 11 novembre, en fin de journée.

On ne sait pas si Grogu et les Susuwatari restera une production unique ou si l’on peut espérer d’autres œuvres communes entre le géant nippon de l’animation et celui américain du divertissement.

À lire : L’esprit de Miyazaki souffle encore

Dans les années 1980-1990, le groupe Disney a distribué dans les pays anglo-saxons et européens plusieurs longs métrages d’Hayao Miyazaki – pas toujours avec le même investissement que pour ses propres productions.

Mais cette première coproduction donne envie d’en découvrir d’autres du même acabit. Que l’Inspiration soit avec eux !

À lire : Voici qui pourrait réaliser le prochain "Star Wars"