"Le Menu" : Festin monstrueux pour convives presque parfaits

Fascination culinaire et gastronomie ultime se mêlent dans ce thriller, porté par Ralph Fiennes et Anya Taylor Joy, qui se mue peu à peu en huis-clos oppressant au parfum diabolique.

Karin Tshidimba
Ralph Fiennes et Anya Taylor Joy dans "Le Menu": une rencontre au sommet au parfum de duel.
Ralph Fiennes et Anya Taylor Joy dans "Le Menu": une rencontre au sommet au parfum de duel.

Le chef Julian Slowik (Ralph Fiennes) est une sommité de la gastronomie mondiale. Son restaurant étoilé, situé sur l’île Hawtorne, promet à des invités triés sur le volet une expérience de dégustation ultime : un menu en six services mêlant les saveurs et les techniques les plus raffinées. Légumes et condiments sont cultivés sur place, tout comme les animaux élevés à l’alentour et les poissons pêchés dans la baie. Le chef, extrêmement rigoureux et exigeant, ne laisse rien au hasard et sa brigade, supérieurement disciplinée, s’emploie à lui donner entière satisfaction en tout temps.

Logée dans un dortoir spartiate, son équipe travaille de l’aube au crépuscule sans broncher. Dès l’amuse-bouche proposé sur le bateau, tous les convives le pressentent : la soirée s’annonce exceptionnelle. C’est la promesse du chef, dont Tyler (Nicholas Hoult découvert dans la série Skins), en totale admiration devant son art, dresse les louanges à chaque bouchée face à son invitée Margot (Anya Taylor-Joy vue dans The Queen’s Gambit), mais la jeune femme ignore à quel point cette soirée s’annonce mémorable. Qu’il s’agisse du trio de passionnés de la tech, de la star de cinéma sur le déclin et son assistante, de la célèbre critique gastronomique et son éditeur, ou du couple d’habitués, le chef semble avoir étudié avec soin les profils de ses 11 invités. Des gastronomes qu’il entend à la fois contenter et surprendre.

L’enfer est pavé de doux mets

Le chef, perfectionniste et maniaque, révèle bientôt une face nettement plus sombre. Humiliations et népotisme, confessions gênantes et délire mégalomaniaque, sadisme : pour parvenir à ce degré d’excellence, le chef n’a pas hésité à poser des choix tranchants et n’épargne d’ailleurs aucun détail sordide à son équipe ni à ses hôtes d’un soir.

Ralph Fiennes en chef intransigeant d'une brigade ultra-discipliné dans "Le Menu".
Ralph Fiennes en chef intransigeant d'une brigade ultra-discipliné dans "Le Menu".

Ralph Fiennes brille dans la peau de ce personnage à la fois torturé et hermétique, une prestation qui donne toute sa consistance et sa tension à cette oeuvre grinçante, d’autant plus déroutante que les plats mis en scène avec élégance et raffinement semblent exquis à se damner. Il faut dire que les plats ont été conçus par la chef triplement étoilée Dominique Crenn, établie à San Francisco et aperçue dans un épisode de Chef’s Table, la série documentaire dont le film s’est en partie inspiré.

Mariant à la fois la satire et le thriller, le film se moque du snobisme culinaire et des clients des restaurants hors de prix, tout en faisant de ceux-ci les principaux ressorts de son intrigue qui se joue de l’admiration sans limite et de la dévotion témoignée par certains clients et cuisiniers à leur chef.

Évoquant la pression en cuisine et le rôle perfide joué par certains critiques gastronomiques, Mark Mylod (Ali G, Sex List) livre un huis-clos oppressant, dérapant peu à peu vers le sadisme et l’horreur, avec un décompte macabre digne d’Agatha Christie. Une trame horrifique imaginée par le scénariste Will Tracy (Succession) à la suite de sa visite dans un restaurant norvégien situé sur une île privée.

Le Menu, thriller culinaire de Mark Mylod Scénario Seth Reiss, Will Tracy Avec Ralph Fiennes, Anya Taylor-Joy, Nicholas Hoult, Hong Chau Durée 1h46

étoiles Arts Libre cinéma
étoiles Arts Libre cinéma ©LLB