Cinematek : une visite augmentée des cinémas disparus

Christl Lidl, Christian Châtel et Isabel Biver, dans les fauteuils de "Cinémas de Bruxelles : 'Augmentés' ".
Christl Lidl, Christian Châtel et Isabel Biver, dans les fauteuils de "Cinémas de Bruxelles : 'Augmentés' ". ©Marie Noelle Boutin

Neuf vénérables fauteuils de cinéma, mémoires d’époques diverses, vous attendent dans l’espace du Musée du Cinéma, à Cinematek.

Muni de votre téléphone, scannez un code-barres et vous voici plongé pour une courte séquence dans l’histoire d’une salle bruxelloise.

Les neuf séquences ramènent aux jours de gloire des cinémas Eldorado, Palace, Plaza, Galeries, Mirano, Nova, Rio, Stockel et Variétés.

Cette scénographie Cinémas de Bruxelles : “Augmentés” a été conçue par le duo de plasticiens Christl Lidl et Christian Châtel.

Elle prolonge le vaste panorama dressé dans le passionnant ouvrage Cinémas de Bruxelles d’Isabel Biver, avec des photographies de Marie-Françoise Plissart, paru en octobre 2020.

À lire : Entretien avec Isabel Biver

Le binôme de scénographes a déjà collaboré avec Isabel Biver pour une installation au cinéma Rio, à Laeken. L’installation avait déjà été présentée lors des Journées du Patrimoine, en 2021.

Le cinéma Marivaux vers 1953.
Le cinéma Marivaux vers 1953. ©DR

Témoignages touchants

Un montage de photos d’époque est accompagné de témoignages sonores évoquant les lieux. Les récits sont complémentaires, formant une brève histoire du cinéma à Bruxelles.

Celui, particulièrement touchant, retraçant la fermeture du Variétés et sa transformation sine die en espace commercial, est particulièrement éloquent, à l’heure où les salles obscures affrontent, partout dans le monde, la concurrence du streaming.

Pour l’anecdote, les neuf fauteuils de cinéma sont issus de la collection de la firme Fibrocit, partenaire de l’installation. Basée à Courtrai, centenaire depuis 2020, elle est le leader de ce marché de niche au Benelux. Elle a équipé de nombreuses salles belges et restaure aujourd’hui encore les sièges de salles historiques.

L'expérience en réalité augmentée permet de redécouvrir des salles disparues de Bruxelles à Cinematek.
L'expérience en réalité augmentée permet de redécouvrir des salles disparues de Bruxelles à Cinematek. ©Marie Noelle Boutin

L’expérience en réalité augmentée se prolonge avec l’exposition de quelques documents – programmes, annonces de prochaines sorties. Superposés avec une tablette, ils font entendre des extraits des films programmés jadis.

Trois écrans présentent en outre les photos de Marie-Françoise Plissart qui illustrent Cinémas de Bruxelles.

Cinémas à l’écran

Cinémas de Bruxelles : “Augmentés” se complète de quatre rencontres et d’une programmation thématique de 25 films qui ont la magie du cinéma pour thème (Cinema Paradiso de Giuseppe Tornatore), utilisent des salles de cinéma pour décors, ne serait-ce que dans une scène emblématique (Annie Hall de Woody Allen, le final d’Inglorious Basterds de Quentin Tarantino) ou présentant leur version poétique de la réalité augmentée (La Rose Pourpre du Caire de Woody Allen, où le héros d’un film sort de l’écran).

Certaines de ses œuvres évoquent, en prolongement de l’exposition, la disparition des salles, comme Goodbye, Dragon Inn de Tsai Ming-liang. Il y aura même une séance “méta”, avec la projection de Hors les murs de David Lambert, dont une scène se déroule à Cinematek.

On ajoutera à ce florilège la resortie prochaine, en version restaurée, de Mulholland Drive de David Lynch, divagation dans l’imaginaire géographique hollywoodien dont le sujet crypté, selon certaines interprétations, n’est autre que l’illusion du cinéma.