Le président du Festival de Cannes Gilles Jacob s'est dit "persuadé" que le responsable de la sélection Thierry Frémaux cherchera avec "davantage de soin" les films de femmes l'an prochain, ranimant au dernier jour le débat sur le sujet.

"Je suis sûr que l'an prochain le responsable de la sélection Thierry Frémaux cherchera avec davantage de soins des films de femmes", déclare-t-il dans une interview accordée au quotidien britannique The Observer publiée dimanche.

"La responsabilité des féministes et de gens comme moi qui aimons le travail des réalisatrices, c'est de lui dire : +Etes vous sûr qu'il n'y a pas quelque part un film réalisé par une femme qui mérite d'aller en compétition ?", poursuit M. Jacob

"C'est une conversation que nous avons régulièrement", insiste-t-il alors qu'aucune réalisatrice n'était en sélection sur les 22 cinéastes en lice pour la Palme d'or cette année.

Gilles Jacob considère encore comme une "honte" qu'une seule femme à ce jour ait décroché la Palme d'or (Jane Campion pour "La Leçon de piano"). Pour autant, "le cinéma est dominé par les hommes et Cannes n'est que le reflet du cinéma" constate-t-il.

L'an dernier, quatre femmes avaient été en compétition : "C'était peut-être une erreur", dit Gilles Jacob. "Tout le monde cette année en attendait cinq, voire six, et ensuite ce sera sept...".