Cinéma

Avec "La bande à Fifi", Philippe Lacheau et ses potes s’étaient fait découvrir sur Canal +. S’ensuivit une comédie loufoque plutôt réussie et très drôle, "Baby-sitting". Et une suite lamentable, où Lacheau essayait de nous refaire le même coup sans y parvenir. Avec "Alibi.com", il touche cette fois définitivement le fond du trou. Un trou sans fond tant son dernier film est d’un vide abyssal. Soit un marivaudage prétendument moderne par le ".com" de son titre. C’est surtout très con.

Se donnant une fois de plus le premier rôle, Lacheau incarne Greg, patron d’un site Internet qui se charge de vous trouver un alibi quand vous souhaitez mentir à un proche. Qu’il s’agisse d’assister en catimini à un match du PSG, de cacher son homosexualité quand on est une star du rap (campée par Joey Starr qui, seul, parvient à arracher un sourire) ou de partir en week-end avec sa jeune maîtresse.

C’est le cas de Gérard (Didier Bourdon). Tout irait pour le mieux si celui-ci n’était pas… le père de Flo, jeune femme qui vient de craquer pour Greg (et campée par Elodie Fontan, la compagne à la ville de Lacheau). Mais le jeune homme, trop timide, n’a pas osé révéler son véritable métier à la belle, de peur de la faire fuir. Celle-ci lui a en effet affirmé d’emblée qu’elle détestait les menteurs ! Par la grâce des coïncidences, tout ce beau monde se retrouve à Cannes pour une avalanche de quiproquos vus et revus.

Lacheau est un piètre scénariste, un mauvais dialoguiste et un metteur en scène poussif. Pour compenser le manque d’esprit et de rythme, il est donc obligé d’opter pour des situations grotesques, tentant vainement de provoquer le rire par le biais de la bêtise la plus crasse et d’une vulgarité éhontée… Il y a en tout cas des choses qu’on ne fait pas faire à une actrice comme Nathalie Baye. Qui doit regretter d’avoir signé pour cette comédie bas de plafond !


© IPM
Réalisation : Philippe Lacheau. Scénario : Julien Arruti, Pierre Dudan & Philippe Lacheau. Avec Philippe Lacheau, Élodie Fontan, Julien Arruti, Didier Bourdon, Nathalie Baye… 1 h 30.