Marvel vise les enfants avec son homme-fourmi tout riquiqui.

A peine sorti de prison, Scott Lang replonge… Entraîné par ses anciens complices, cet as de la cambriole accepte un nouveau coup. Sauf que derrière les deux portes blindées qu’il parvient à forcer très astucieusement… rien. Juste un étrange costume de motard. Mais, une fois enfilé, ainsi que le casque intégral qui va avec, Scott découvre qu’il peut se faire aussi petit qu’une fourmi et se faufiler partout. Il devient Ant-Man au service du Dr Hank Pym (Michael Douglas) et de sa fille Hope (Evangeline Lilly), bien décidés à empêcher le maléfique Darren Cross (Corey Stoll) d’utiliser cette technologie à mauvais escient…

La trame est toujours un peu la même. Pourtant, "Ant-Man" se distingue grâce à un super-héros au pouvoir surprenant. Façon Alice au Pays des Merveilles, celui-ci peut rétrécir et grandir à volonté. Cinématographiquement, cela offre de belles possibilités. Jouant sans cesse entre les deux échelles, la mise en scène introduit pas mal d’humour, façon "Chérie, j’ai rétréci les gosses". Car si, au niveau microscopique, l’action est intense, vue à un niveau macro, la voilà presque ridicule…

Très loin des films de super-héros orientés action jusqu’à l’indigestion, "Ant-Man" se présente comme une comédie trépidante mais pas une parodie. Pour porter à l’écran le personnage imaginé par la bande à Stan Lee dès 1962, Disney et Marvel ont d’ailleurs été chercher non un spécialiste du film d’action mais Peyton Reed, silencieux depuis "Yes Man" avec Jim Carrey en 2008. Celui-ci s’amuse et fait preuve, dans le carcan d’un genre assez figé et répétitif, de pas mal d’inventivité. Ainsi, ces séquences très drôles où Michael Peña raconte une histoire façon "Bref". Ou ces petites piques amicales contre les autres franchises Marvel : Iron Man et Avengers (Ant-Man combat même le Faucon)…

Le film vise clairement un public plus jeune. En témoignent un taux de violence réduit mais aussi un combat final dans une chambre de petite fille où les jouets deviennent un terrain de jeu amusant pour Ant-Man et son ennemi juré Yellowjacket. Où l’on est plus près de "Toy Story" que de "Batman" ou "X-Men"… Le résultat est plutôt réussi. Beaucoup plus, dans le même registre de la comédie, que "Les Tortues Ninja", par exemple.


© dr
Réalisation : Peyton Reed. Scénario : Edgar Wright Joe Cornish. Photographie : Russell Carpenter. Musique : Christophe Beck. Avec Paul Rudd, Evangeline Lilly, Michael Douglas, Bobby Cannavale… 1 h 57.