Au lendemain de la Journée internationale des droits des femmes du 8 mars, sort sur nos écrans Woman, documentaire qui donne la parole aux femmes du monde entier. Tourné dans 40 pays, auprès de 2 000 femmes, le film offre un pendant féminin à Human qui, en 2015, abordait les grandes questions universelles touchant l’humanité. Au lendemain du mouvement #MeToo, Yann Arthus-Bertrand ne pouvait signer seul un film consacré aux femmes. Woman est donc coréalisé avec Anastasia Mikova, journaliste et réalisatrice ukrainienne avec qui le Français travaille depuis une bonne dizaine d’années.

Si, dans les transitions entre les témoignages, on retrouve la patte, très esthétisante, de Yann Arthus-Bertrand, le photographe sait se faire plus discret lorsqu’il s’agit de donner la parole aux femmes elles-mêmes. Chacune est interrogée dans le même cadre strict : une toile blanche tendue derrière elles, les témoins s’adressent directement à la caméra pour évoquer des sujets très intimes, comme les règles, le rapport au corps, à la féminité, mais aussi la sexualité, l’orgasme, la maternité, la maladie…

État des lieux de la condition des femmes

Sans contexte géopolitique ou même mention de l’identité des intervenantes, Woman ambitionne de dresser le portrait des femmes d’aujourd’hui à travers le monde pour tenter un état des lieux de la condition féminine au début du XXIe siècle.

Accolant, de façon thématique, des centaines de témoignages, le film fait apparaître, dans ce défilé de corps et de visages, la diversité des cultures et de la beauté, mais aussi la fierté d’être femme. Le revers de la médaille, c’est que le procédé donne l’impression que les cinéastes survolent au pas de charge tous les sujets. Même s’ils touchent des thèmes cruciaux et souvent douloureux, comme les injustices, l’éducation, l’indépendance financière, la prostitution, la violence ou encore les viols utilisés comme armes de guerre au Congo ou par Daesh.

Le résultat est à l’image des films précédents de Yann Arthus-Bertrand, que ce soit Human ou Home sur l’écologie : très beau mais très consensuel. Woman se garde bien d’aborder les questions les plus délicates, comme le rôle de la religion dans l’oppression des femmes à travers le monde par exemple. Tandis que, dans cet immense patchwork, l’homosexualité est inexistante (alors que la bigamie est traitée), tout comme les revendications féministes ouvertement politiques.

Woman Documentaire De Yann Arthus-Bertrand et Anastasia Mikova Scénario Yann Arthus-Bertrand et Anastasia Mikova Durée 1 h 45.

© Note LLB