Joss Whedon en met plein la vue mais oublie le scénario et les comédiens.

En 2012, la première adaptation de "Avengers" fut un carton mondial, devenant le troisième film à amasser le plus de recettes. Point culminant de la première phase du Marvel Cinematic Universe (Univers cinématographique Marvel), il marqua une innovation dans l’histoire du cinéma, réunissant les héros de films jusque-là distincts : Iron Man, Captain America, Hulk et Thor, renforcés de la Veuve noire ou Clint Barton. Ce principe du cross over, hérité des bandes dessinées, fut transposé avec brio par Joss Whedon. Etrangement, le créateur de "Buffy contre les vampires", lui-même scénariste de comics, ne réédite pas l’exploit dans ce nouvel opus - et fait moins bien que les concurrents de la Fox avec les deux dernières X-Men.

Paradoxe d’autant plus grand que Marvel et sa maison mère Disney planifient de faire fructifier leurs franchises au grand écran au minimum jusqu’en 2019 - et même 2028 selon le patron de Marvel Studios, Kevin Feige.

L’intrigue s’inscrit dans celle, commune à toute la franchise, des "pierres de l’infini", Graals cosmiques et maléfiques. L’une de ces pierres étant contenue dans le sceptre de Loki, frère ennemi de Thor, les Vengeurs tentent de le récupérer au début du présent épisode. Avec pour effet collatéral la découverte par Tony Stark d’une intelligence artificielle. Laquelle se matérialise en un robot omniscient et destructeur, Ultron, qui veut éradiquer l’espèce humaine - Vengeurs en tête.

A l’image des personnages, les productions Marvel enflent comme des bodybuilders . Le line-up se double des guests récurrents (Nick Fury, Rhodey Rhodes, Maria Hill, Sam Wilson…) et puise dans le Panthéon de la Marvel d’autres figures : Pietro et Wanda Maximoff et l’androïde Vision - plus belle réussite formelle du film (avec Paul Bettany sous le maquillage).

La gonflette narrative est telle que le commun des spectateurs sera largué. Peu importe, l’argument de l’entreprise étant les bastons homériques. Sauf que, là aussi, la mécanique tourne en rond, tel le déjà éculé plan circulaire sur le groupe lors du last stand . L’intrigue amoureuse entre Bruce Banner et la Veuve noire, celle familiale d’Œil de Faucon ou les punchlines intermédiaires offrent de maigres compensations aux comédiens - dont il serait intéressant de calculer le salaire moyen par minute de présence effective à l’écran…

Lassitude ? Il semble que Robert Downey Jr., Chris Hemsworth, Mark Ruffalo et Jeremy Renner souhaitent remiser le supercostard au vestiaire. A moins qu’ils ne se donnent le temps de renégocier contrats (et salaires)…


Réalisation et scénario : Joss Whedon. Avec Robert Downey Jr., Scarlett Johansson, Chris Hemsworth, Jeremy Renner,… 2h22.