Cinéma

Une évocation de Fernand Denis.

"Le Dernier Empereur, 1900, Le Dernier Tango à Paris. C’est un géant qui s’est en est allé, à Rome, emporté par un cancer à l’âge de 77 ans, après un demi-siècle de cinéma.

Bernardo Bertolucci laisse une œuvre imposante et cohérente, formellement somptueuse au retentissement planétaire. Sa ligne de force est l’exploration de la charnière, entre deux époques, le moment où deux courants historiques se télescopent, où l’histoire bascule, la grande histoire, celle du fascisme en Italie (1900) ou la fin d’un régime millénaire en Chine (Le Dernier Empereur), à l’histoire plus intime (Prima della rivoluzione).

Réalisateur à 21 ans

Né a Parme, le 16 mars 1941, Bernardo Bertolucci a 20 ans quand il tourne son premier long métrage La Commare Secca. Il a déjà publié un recueil de poèmes. Comme son père, poète réputé, Attilio Bertolucci. Il a également été l’assistant d’un ami, Pasolini, pour son premier film Accatone.

(...)