Le chanteur Kamini se souvient de l’arrivée de sa famille dans le Nord de la France… Touchant.

AMarly Gomont, y’a pas d’béton, / 65 ans la moyenne d’âge dans les environs, /1 terrain d’tennis, 1 terrain de basket, / 3 jeunes dans l’village donc pour jouer c’est pas chouette, / J’viens d’un village paumé dans l’Aisne, en Picardie, / Facilement, 95 % de vaches, 7 % d’habitants, et parmi eux, / Une seule famille de Noirs, fallait qu’ce soit la mienne, putain un vrai cauchemar."

En 2007, un jeune rappeur black, Kamini, se faisait connaître sur Internet avec le clip désopilant de "Marly-Gomony", où il racontait sa vie dans un de ces "p’tits patelins paumés que personne ne connaît, même pas Jean-Pierre Pernault". Dans "Bienvenue à Marly-Gomont" de Julien Rimbaldi ("Les meilleurs amis du monde" en 2010 avec Léa Drucker et Marc Lavoine), Kamini n’a pas le premier rôle; il n’est qu’un petit garçon de 7-8 ans. Le chanteur livre ici ses souvenirs de l’arrivée de sa famille en France…

"Bienvenue à Marly-Gomont" raconte en effet l’installation de son père dans le Nord en 1975. Diplômé de médecine de La Sorbonne, le Congolais Seyolo Zantoko aurait pu devenir le médecin personnel de Mobutu. Il a préféré suivre son rêve de devenir Français en acceptant le seul poste qu’on lui proposait, dans un village paumé sans médecin depuis trois ans. Il y fait venir femme et enfants, qui débarquent avec des rêves de Paris, rapidement douchés quand ils découvrent la pluie, le froid et l’environnement très très très rural. "C’est la brousse ici. C’est pire qu’au Zaïre !", se désole la jeune épouse (Aïssa Maïga). Laquelle ose à peine inviter ses cousins de Matonge dans leur petite bicoque. Et se désole que son mari interdise qu’on s’exprime en lingala à la maison… "On est en France ici, on parle français !"

A première vue, "Marly-Gomont" est un remake black inoffensif de "Bienvenue chez les Ch’tis". Et c’est clair qu’il y a de cela dans cette façon d’appuyer sur la corde de la comédie pour raconter le choc des cultures (avec quelques scènes bien senties, comme cette messe de Noël au village qui déraille en gospel…). Sauf que Kinshasa est un peu plus loin encore que Marseille. Et que Marc Zinga est nettement plus noir que Kad Merad… Au cœur de cette comédie chaleureuse, se trouve en effet la question du racisme. Ou plutôt de l’ignorance et des préjugés de péquenauds obtus refusant l’idée même qu’un Noir puisse être un "vrai médecin"

Alors oui, "Bienvenue à Marly-Gomont" est une comédie gentillette, qui charrie de belles valeurs et enfonce allègrement les portes ouvertes. Et pourtant, par le charme de ses acteurs (à commencer par l’épatant Marc Zinga, comédien belgo-congolais, vu notamment dans "Je suis supporter du Standard" et "Les Rayures du Zèbre"), par sa sincérité et son regard nostalgique sur une époque où l’intégration fonctionnait encore en France, voilà un film qui fait chaud au cœur. En cette période de repli sur soi identitaire qui gagne toute l’Europe, montrer une famille de migrants se démener pour se faire accepter, pour s’intégrer, est plus que jamais bienvenu…


© IPM
 Réalisation : Julien Rambaldi. Scénario : Kamini Zantoko, Julien Rambaldi Benoît Graffin. Avec Marc Zinga, Aïssa Maïga, Rufus, Jonathan Lambert, Jean-Benoît Ugeux.. 1 h 36.