Le plus geek des festivals de cinéma s’invite pour la 37e fois dans la capitale! Au menu, du 9 au 21 avril prochains, une centaine de films pour frémir de plaisir.

« N’y va pas! » « Attention à la porte! » « Derrière toi! » Les habitués le savent: le Festival du film fantastique de Bruxelles (Bifff) est le plus déjanté des festivals belges, avec un public de fans assidus, qui n’hésitent pas à hurler pour s’adresser aux personnages à l’écran. Et pas question ici à leur dire: "Shut!" Ça ne ferait que les encourager. Surtout si le film est mauvais…

La 37e édition de ce rendez-vous attachant, qui draine chaque année quelque 55000 spectateurs, s’ouvrira le 9 avril à Bozar avec le très attendu (pour les fans de cinéma d’horreur en tout cas) Simetierre et se clôturera le 21 avec Greta de Neil Jordan, qui, à New York, confronte une Isabelle Huppert vénéneuse à l'innocente Chloë Grace Moretz.

Signant une nouvelle adaptation du roman de Stephen King (après celle de Mary Lambert en 1989), Kevin Kölsch et Dennis Widmyer confient à Jason Clarke, dans Simetierre, le rôle de Louis Creed, quittant Boston avec sa femme et ses deux enfants pour s’installer dans le Maine rural. Sauf que là, il tombe sur un mystérieux cimetière indien qui réveille d'atroces forces maléfiques…

© D.R.

Le genre pour traiter les maux du monde

Une métaphore du réveil du pire un peu partout dans le monde? C’est en tout cas le fil rouge choisi par les organisateurs du Bifff cette année. « Il est sociologiquement prouvé que le cinéma fantastique et d’horreur a toujours connu un regain d’intérêt en période de trouble social et économique. Là, autant vous dire qu’avec le climat international actuel, c’est Byzance pour nous ! », sourient-ils dans leur édito. Mettant par exemple en avant I’m Back (Sono tornato, en photo ci-dessous), remake italien du film allemand Il est de retour, qui imagine, non plus le retour d’Hitler, mais celui de Mussolini dans l’Italie de Matteo Salvini…

Au Bifff, le cinéma fantastique servira en effet plus que jamais de porte d’entrée pour aborder des problèmes bien réels: crise des migrants (dans Go Home de l’Italien Luna Gualano), terrorisme mondial (The Unthinkable du Suédois Victor Danell), tueries de masse aux Etats-Unis (The Dead Ones), génération hyper connectée (Assassination Nation de l’Américain Sam Levinson) ou encore la crise climatique (The Quake du Norvégien John Andreas Andersen). Cette dernière question sera d’ailleurs au centre d’une table ronde intitulée Apocalypse, Mon chou, qui imaginera les meilleurs scénarios catastrophes, pour tenter de voir si, malheureusement, la fiction n’est pas en train de devenir plus proche de la réalité qu’on ne le croit…

© D.R.

Un maître des effets spéciaux à Bruxelles

Parmi les invités présents à Bruxelles, on se réjouit d’écouter le spécialiste américain des effets spéciaux Steve Johnson, qui, lors de sa masterclass, évoquera son travail sur d’innombrables productions fantastiques, comme Ghost Busters, Abyss, Predator ou Spider-Man 2.

Johnson sera également membre du jury international, notamment aux côtés du comédien suisse Yoann Blanc (découvert dans la série La trêve) et du Sud-Coréen Hong-jin Na. En complicité avec le Centre culturel coréen de Bruxelles — un important partenaire du festival, ce qui explique sans doute la sur-représentation du pays dans la programmation… —, le Bifff en profite pour rendre hommage à ce cinéaste radical, en projetant ses trois longs métrages: The Chaser (2008), The Murderer (2011) et The Strangers (2016).

Autre invité de marque, le caméléon allemand Udo Kier, aussi à l’aise chez Lars Von Trier que dans les blockbusters hollywoodiens (on l'a vu récemment dans Don't Worry He Won't Get Far on Foot de Gus Van Sant, en photo ci-dessous), sera, lui, fait chevalier de l’ordre du Corbeau, comme le Mexicain Guillermo Del Toro l’année dernière.

© D.R.

Pas que du cinéma!

Mais si l’atmosphère du Bifff est si spéciale, ce n’est pas que pour les films projetés (près d’une centaine au programme cette année, entre les différentes compétitions et autres avant-premières), c’est aussi pour les nombreux à-côtés qu’il propose.

Se rajoutant aux désormais traditionnels Bal des vampires (le 20/4) et Nuit fantastique (13/4), on note cette année une nouveauté, la première Zombifff Run, qui se déroulera le 13 avril. Car les zombies aussi ont droit à succomber à la mode du running! Sauf qu’ici, ils redoubleront de vitesse pour tenter de dévorer les 1500 participants à cette course de 4 km dans les rues d’un Bruxelles post-apocalyptique! Tandis qu’avec la complicité du Magic Land Theatre, les soirées risquent à nouveau d’être festives au Bozar, avec notamment, pour les nostalgiques, le retour de la course de rafting sur… la tête des spectateurs!

Cette année encore, le Bifff sera également l'hôte de la 4e édition du festival Boulevard du Polar qui, sous la houlette de Nadine Monfils et de Patrick Raynal, accueillera, du 12 au 14 avril, de nombreux écrivains, scénaristes et illustrateurs. Avec, cette année, un coup de projecteur sur la littérature noire nordique, qui fera écho au focus sur le cinéma venu du Nord du Bifff.

Et puisque le Bifff est le rendez-vous par excellence des geeks, les joueurs invétérés sont enfin invités à participer, du 10 au 20 avril, au Gaming Madness, pour mêler leur passion du cinéma et du jeu, que ce soit sur plateau ou sur console…

© D.R.

  • Du 9 au 21 avril à Bozar.
  • Entrées: 5-10€ (galas 9-12€). Pass 1 soirée/1 journée: 11-15€. Pass 5 films: 38€. Abonnement complet: 220€ (en prévente).
  • Rens.: www.bifff.net.`


Quelques pistes de films à dévorer

American Animals (Ouverture au Ciné 2, le 9/4 à 21h)

Deuxième long métrage de l’étonnant Bart Layton après The Imposter), qui mêle à nouveau adaptation d’un fait divers réel et interviews des protagonistes et des témoins (ici des braqueurs amateurs qui tentent de dérober le livre le plus rare de la bibliothèque de Transylvanie, dans le Kentucky).

Antrum : The Deadliest Movie Ever Made (Ciné 2, 18/4 à 00h30)

Faux documentaire retraçant la carrière d’Antrum, considéré comme le film d’horreur le plus mortel, ayant laissé pour morts tous ceux qui auraient osé y poser l'oeil. A mi-chemin entre Ring et Blair Witch Project, David Amito et Michael Laicini signent un film très dur, programmé dans le cadre des « Midnight X-Tremes »…

Aurora (Ciné 2, 16/4, 21h30)

Une curiosité venue des Philippines, Aurora débute sur le naufrage d’un paquebot de croisière dans un lagon paradisiaque. Sauf que les cadavres qui s'échouent sur la plage ont la mauvaise idée de se relever... Programmé dans le cadre de la compétition 7e Parallèle, le film marque le retour au Bifff de Yam Laranas après Sigaw ou The Road.

The Beach Bum (Ciné 1, 16/4, 18h30)

Après avoir fait dérailler les Spring Breakers, Harmony Korine emmène Matthew McConaughey, Jonah Hill et Snoop Dog à la plage, à Key West, pour une relecture sous influence de L’Odyssée d’Homère. A la photo, on retrouve notre Benoît Debie national!

© D.R.

Bodies at Rest (Ciné 1, 17/4, 20h30)

Le retour de l’oublié Renny Harlin (Cliffhanger ou Die Hard 2, c’est lui). Il quitte cette fois Hollywood pour Hong Kong, mais reste fidèle au cinéma d’action…

Cut Off (Ciné 1, 20/4, 18h30)

Adaptation d’un thriller de Sebastian Fitzek emmenée par Mortiz Bleibtreu, une version allemande du Silence des agneaux, promettent les programmateurs du Bifff!

Dragged Across Concrete (Ciné 1, 19/4, 22h30)

Quand S. Craig Zahler embarque Mel Gibson et Vince Vaughn, dans le rôle de deux flics ripoux, pour une virée gore, présentée à la dernière Mostra de Venise…

Freaks (Ciné 1, 20/4, 20h30)

Présents aux Bifff, les Canadiens Zach Lipovsky et Adam Stein signent « un film qui pourrait révolutionner la façon dont sont faits les films d’horreur ». Dixit le grand Bruce Dern, qui joue dans cet ovni précédé d’une belle réputation.

© D.R.

The Golem (Ciné 2, 11/4, 16h30)

Trois ans après Jeruzalem (ou quand les zombies se prenaient le Mur des Lamentations...), le retour du tandem Doron et Yoav Paz (qui seront les invités du Bifff). Ils mettent cette fois scène le mythe juif du Golemn au sein d’une communauté juive lithuanienne isolée est menacée par des pestiférés…

Greta (Clôture au Ciné 1, le 21/4 à 20h)

Six ans après avoir présenté Byzantium au Bifff, Neil Jordan clôturera cette 37e édition avec Greta, thriller emmené par une inquiétante Isabelle Huppert, en expatriée française à New York qui met le grappin sur la délicate Chloë Grace Moretz.

Hellboy (Ciné 1, 12/4, 20h30)

Après Guillermo del Toro, c’est au tour de Neil Marshall (The Descent) de faire revivre le super-héros des enfers, avec David Harbour dans le rôle titre, face à Milla Jovovich dans le rôle de la méchante Nimue.

© D.R.

Play or Die (Ciné 2, 18/4, 19h)

L’un des quelques films belges programmés cette année au Bifff imagine un Escape Game qui tourne mal. Une adaptation du roman Puzzle de la star du polar français Franck Thilliez, avec, entre autres, Roxane Mesquida, l’égérie de Quentin Dupieux.

The Pool (Ciné 2, 20/4, 14h)

Signée Ping Lumpraplen, une énorme surprise en provenance de Thaïlande. « D’ores et déjà l’une des séances d’anthologie de ce cru 2019! », promet le Bifff.

The Room (Ciné 1, 15/4, 20h30)

L’ex-James Bond Girl Olga Kurylenko à l’affiche d’une coproduction franco-belge signée Christian Volckman. Le réalisateur français imagine un couple s’installant dans une nouvelle maison, dont l’une des pièces leur permet d’exaucer tous leurs vœux. Le rêve va évidemment rapidement virer au cauchemar.

© D.R.

Terminal (Ciné 1, 16/4, 22h30)

L’Australienne Margot Robbie (I, Tonya) joue les femme fatale pour Vaughn Stein face à Simon Pegg (Misson: Impossible), dans une histoire de vengeance noire de chez noire.

Stray (Ciné 2, 18/4, 21h30)

Un premier film ambitieux de la Russe Olga Gorodetskaya, qui met en scène un enfant maléfique se nourrissant de la tristesse de ses victimes pour exister… La jeune cinéaste sera présente à Bruxelles pour défendre son film en avant-première mondiale.

You Might Be The Killer (Ciné 1, 17/4, 22h30)

L’Américain Brett Simmons se donne comme ambition de réinventer le slasher dans un croisement entre Vendredi 13 et The Mask… Avec notamment Alyson Hannigan (How I Met You Mother).

© D.R.