Ethan Hawke revient sur le destin du chanteur country d’Austin Blaze Foley.

Né Michael David Fuller en 1949 en Arkansas, mort assassiné dans la banlieue d’Austin à 39 ans, Blaze Foley n’a pas marqué durablement la scène musicale country. Même si certaines de ces chansons ont été reprises après sa mort, comme If I Could Only Fly ou Clay Pigeons (notamment par l’acteur Michael Cera sur son album True That en 2014). De son vivant, l’auteur-compositeur a en effet connu une vie de galère, éclusant les honky-tonks minables d’Atlanta, Chicago, Houston et finalement d’Austin… C’est à ce loser magnifique et romantique que s’intéresse l’acteur Ethan Hawke dans son troisième film comme réalisateur (notamment après Chelsea Walls en 2001).

Pas question pour Hawke de rentrer dans les cases du biopic musical classique ou du film de country classique. Blaze, c’est en effet l’antithèse d’ A Star is Born de Bradley Cooper. Et ce même si les ingrédients sont identiques : un héros ravagé par l’alcool et une vraie romance. Ici avec la jeune Sybil Rosen (qui cosigne le scénario avec Ethan Hawke, d’après son livre de mémoires Living in the Woods in a Tree, sur sa vie avec Blaze Foley). Une idylle qui débuta en 1975 dans une communauté artistique de Géorgie. Car, si Blaze Foley était un vrai cow-boy et un pur country singer, il n’en fut pas moins influencé par la culture hippie des années 70. Ce qui se ressent dans les textes de ses chansons, souvent très poétiques.

Une figure atypique

C’est cette figure atypique et très locale qui intéresse Ethan Hawke. Lui-même originaire d’Austin, le comédien signe un film inscrit de plain-pied dans l’école cinématographique du Texas. On croise d’ailleurs ici, dans des petits rôles, des Texans célèbres, comme l’acteur Kris Kristofferson ou, évidemment, le réalisateur Richard Linklater, complice de toujours d’Hawke. On doit au duo la trilogie Before Sunrise/Sunset/Midnight, mais aussi le superbe Boyhood , film tourné sur 12 ans qui raconte l’enfance d’un jeune Texan. Tandis qu’Hawke a fait appel à de vrais chanteurs (Ben Dickey et Charlie Sexton) pour interpréter Blaze Foley et son ami Townes Van Zandt (qui, lui, se fera un nom dans la country).

C’est cette recherche d’authenticité qui séduit dans la démarche d’Hawke, mais aussi sa vraie ambition artistique. À chaque plan, Blaze transpire en effet le cinéma. Que ce soit grâce à la superbe photographie de Steve Cosens ou à de magnifiques dialogues, à la langue ciselée. Le tout compose un portrait amoureux d’un artiste méconnu, dont on n’a qu’une seule envie au sortir de la salle : découvrir la musique…

Blaze Biopic indé De Ethan Hawke Scénario Ethan Hawke&Sybil Rosen Avec Ben Dickey, Alia Shawkat, Charlie Sexton, Kris Kristofferson, Sam Rockwell… Durée 2 h 09.

© IPM