Femme au foyer maniaque et dévouée depuis quarante ans à un mari accaparé par son travail et sa passion du foot, Britt-Marie voit sa vie rangée voler en éclats, le jour de la crise cardiaque de Kent. Elle découvre qu’il y a quelqu’un d’autre sur le banc de touche.

Forcée à 63 ans de remettre la balle au centre, Britt-Marie dégote un job d’animatrice à Borg, le Pétaouchnok de Suède. "Animatrice", soit coach de l’équipe mixte de foot junior locale. Les gamins l’attendent de pied ferme : après la mort de leur entraîneur - gloire locale - ils ont un important match à jouer contre le club invaincu de leur ligue.

Adapté d’un roman à succès de Fredrik Backman, Britt-Marie was here transpose à l’âge senior le récit initiatique - où la solitaire et rigide Britt-Marie va découvrir la diversité et l’esprit d’équipe. Elle qui considère depuis son plus jeune âge que le bicarbonate de soude résout tout va apprendre que le ballon rond peut aussi sauver une vie.

A l’écran, toutefois, on ne trouve rien du niveau de la Champion’s League dans la mise en scène de Tuva Novotnu, ni dans cette histoire outrageusement prévisible aux personnages convenus et coulés dans le marbre d’entrée de jeu. Rien de méchant, non plus, mais pas de quoi casser une patte à un renne. Reste Pernilla August, qui a désormais l’âge d’être la Judi Dench scandinave, et qui joue le jeu avec abnégation.

Note : on a tué le temps, en regardant le film, en imaginant le remake anglais, français ou flamand - avec les idiosyncrasies locales.

Britt-Marie was here/Britt-Marie var här Britt-Marie was here Drame positif De Tuva Novotny Scénario Anders Frithiof Augus d’après un roman de Fredrik Backman Avec Pernilla August, Peter Haber, Anders Mossling, Malin Levanon, Vera Vitali,… Durée 1h34.

© .