Jérôme Le Maire filme des médecins en surchauffe, au bord de la crise de nerfs, pressurés par la logique entrepreneuriale.

"Il faut que chacun d’entre vous optimise sa performance…" Dans les termes même employés par la direction de l’hôpital Saint-Louis à Paris à l’issue d’un audit du bloc de chirurgie, tout est dit du mal-être qui frappe l’un des plus grands hôpitaux publics de Paris, intégré dans l’immense ensemble de l’AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux publics de Paris), qui emploie 100 000 salariés, dont 20 000 médecins.

Pendant deux ans, Jérôme Le Maire a posé sa caméra au cœur d’un bloc opératoire pour prendre le pouls d’un service au bord de l’implosion. Entre les chirurgiens, les anesthésistes, les infirmiers et les aides-soignants, le torchon brûle en effet. En recueillant les confidences des uns et des autres, en filmant les réunions de service ou avec la direction, le documentariste belge tente de percer l’abcès et de comprendre les causes de cette catastrophe annoncée. Qui débouche sur des départs volontaires, des burn-out ou des pauses-carrière à répétition.

La bonne idée de "Burning out" est de ne pas, comme souvent, envisager le burn-out par des témoignages de malades a posteriori, mais de tenter de capter, au présent, l’implosion en train d’opérer au sain d’un système global, et non pas seulement auprès d’une série d’individus.

Au fil des semaines d’un tournage que Le Maire aborde un peu comme un reportage de guerre, le documentariste étant "embarqué" sur le terrain au côté des médecins, la parole finit par se libérer. Ce que le cinéaste finit par mettre en scène, c’est une véritable thérapie de groupe. Avec, au centre de toutes les réflexions, un constat accablant : on a ouvert la boîte de Pandore en laissant s’infiltrer à l’hôpital public la logique de l’entreprise et de la rentabilité à tout prix. "Avant, c’est nous les chirurgiens qui étions les rois. Aujourd’hui, ce sont les administratifs…", se désole l’un d’eux. Le même qui déplore ne plus être assez "cool" dans sa salle d’op’, face à la pression et aux cadences infernales qu’on leur impose, un délai de 17 minutes entre deux opérations étant encore jugé trop long par la direction…

Si la question du burn-out, maladie sociale qui témoigne de la logique libérale à l’œuvre dans le monde du travail, est générale, se focaliser sur l’univers de la médecine est particulièrement éclairant. Car là, ce n’est pas seulement la santé des salariés eux-mêmes qui est ici en danger, mais aussi celle des patients qu’ils opèrent à la chaîne tous les jours…


© IPM
Scénario & réalisation : Jérôme Le Maire (d’après le livre "Global burn-out" de Pascal Chabot. 1h25.