"Coupez!", de Michel Hazanavicius : l’amour du cinéma en ouverture du Festival de Cannes 2022

Ce mardi soir, avec son irrésistible comédie de zombies "Coupez!", Michel Hazanavicius a donné le sourire pour lancer le 75e Festival de Cannes.

Hubert Heyrendt, à Cannes

Ouverture en fanfare, ce mardi soir, pour le 75e festival de Cannes! Avec une comédie cinéphile délirante qui met d'emblée du baume au cœur. Remake de Ne coupez pas! du Japonais Shin'ichirô Ueda, Coupez! est une petite perle signée Michel Hazanavicius.

Fidèle à la trame originale, le cinéaste français met en scène, en un plan-séquence, le tournage d’un film de zombies qui tourne mal, très mal, quand les acteurs et les techniciens commencent à se transformer en véritables morts-vivants. Pour le plus grand plaisir du réalisateur (Romain Duris), qui se désespérait de voir ses acteurs (Finnegan Oldfield et Matilda Lutz) jouer juste. Au moins, cette fois, ressentent-ils vraiment la peur pour de vrai! Avant un retournement complet de situation absolument savoureux…

Spécialiste du pastiche (d'OSS 117 à The Artist, en passant par Le Redoutable, sur Godard), Hazanavicius est parfaitement à l'aise dans cette parodie de série Z. Z (comme Z) était d'ailleurs le titre du film, avant un changement de dernière minute à quelques jours de l'ouverture du festival de Cannes, pour éviter d'être associé au "Z" utilisé en guise de propagande par les militaires russes en Ukraine…

"Coupez!", de Michel Hazanavicius : l’amour du cinéma en ouverture du Festival de Cannes 2022
©D.R.

Célébration de l’artifice

Maîtrisant à la perfection l’art de la mise en abîme, en jouant à fond la carte du film dans le film, Michel Hazanavicius intègre habilement l’idée du remake du film japonais à son récit, jusqu’à donner des prénoms japonais aux personnages. De quoi créer un effet de distanciation totalement improbable, qui colle parfaitement avec la volonté du réalisateur français de célébrer l’artificialité du cinéma,. Un art où réalisateurs et acteurs cherchent sans cesse la vérité… dans le cadre de la représentation, du faux-semblant. Surtout lorsqu’il s’agit de mettre en scène des zombies assoiffés de chair humaine et du sang qui gicle de partout…

De Romain Duris à Grégory Gadebois, en passant par Bérénice Bejo, Finnegan Oldfield, Charlie Dupont et de jeunes comédiens moins connus (dont Simone, la fille d’Hazanavicius, qui aborde justement au passage ici les rapports d’un père avec sa file), le casting bigarré s’en donne à coeur joie dans de délectables numéros d’autodérision.

Construit de façon méticuleuse, Coupez! est une comédie irrésistible sous forme d'un vibrant cri d'amour au cinéma. Mais aussi et surtout à l'esprit d'équipe que nécessite la fabrication, en l'occurence très artisanale, d'un film. C'est ce refus de tout cynisme, cette chaleur humaine qui font tout le sel et toute la beauté de cette fantaisie débridée, qui a permis aux festivaliers cannois de rire rire à gorge déployée ce mardi soir. Avant de plonger, dès ce mercredi, dans la Compétition officielle, avec notamment le premier film belge en lice, Le otto montagne de Felix Van Groeningen et Charlotte Vandermeersch.

"Coupez!", de Michel Hazanavicius : l’amour du cinéma en ouverture du Festival de Cannes 2022
©O'Brother

Coupez! Comédie cinéphile Scénario et réalisation Michel Hazanavicius (d'après Ne coupez pas! de Shin'ichirô Ueda) Photographie Jonathan Ricquebourg Musique Alexandre Desplats Montage Mickael Dumontier Avec Romain Duris, Bérénice Bejo, Finnegan Oldfield, Grégory Gadebois, Matilda Lutz, Luàna Bajrami, Charlie Dupont… Durée 1h51

"Coupez!", de Michel Hazanavicius : l’amour du cinéma en ouverture du Festival de Cannes 2022
©Cote LLB