Avec "Le otto montagne", le réalisateur belge Felix Van Groeningen au sommet au Festival de Cannes

En ce premier jour de Compétition cannoise, le cinéaste gantois a d’ores et déjà impressionné la Croisette, mercredi soir, avec son adaptation des "Huit montagnes" de l’Italien Paolo Cognetti, coréalisée avec sa compagne, l’actrice Charlotte Vandermeersch.

Hubert Heyrendt, à Cannes
Avec "Le otto montagne", le réalisateur belge Felix Van Groeningen au sommet au Festival de Cannes
©KFD

Ce mercredi, le 75e Festival de Cannes a démarré en beauté avec la première des trois entrées belges de la Compétition: Le otto montagne de Felix Van Groeningen.

En 2009, le cinéaste gantois avait fait sensation à la Quinzaine des réalisateurs avec le radical La Merditude des choses, adaptation inspirée du roman de Dimitri Verhulst. Il aura pourtant fallu attendre 13 longues années pour retrouver le Flamand sur la Croisette. Mais cette fois, Thierry Frémaux lui a ouvert grand les portes de la Compétition à la dernière minute, le film ayant été terminé juste avant le début du festival…

En compagnie de sa compagne, l'actrice Charlotte Vandermeersch (qui avait déjà coécrit le scénario de The Broken Circle Breakdown), Felix Van Groeningen signe une magnifique adaptation des Huit montagnes, roman publié par l'Italien Paolo Cognetti en 2016 et qui avait décroché l'année suivante le prix Médicis étranger.

Avec "Le otto montagne", le réalisateur belge Felix Van Groeningen au sommet au Festival de Cannes
©KFD

L’appel de la montagne

Tourné dans les sublimes montagnes du Val d'Aoste, Le otto montagne est un drame d'une beauté éclatante — grâce à la photographie de Ruben Impens — et d'une grande puissance narrative. Fidèle à Cognetti, Van Groeningen ne renonce en effet aucunement au romanesque pour nous raconter une grande histoire d'amitié.

Tout commence à l’été 1984, quand les parents du petit Pietro louent une maison pour l’été dans un village de montagne reculé. Là, le gamin rencontre Bruno, le dernier garçon du village, qui vit chez son oncle et sa tante, son père ayant été faire le maçon en Suisse et en Autriche. À la fin des vacances, les parents de Pietro proposent de prendre l’enfant avec eux à Turin pour qu’il puisse suivre des études au lycée, mais son père refuse. Les chemins de Bruno et Pietro se séparent donc. Jusqu’à ce qu’ils se retrouvent, jeunes adultes, dans les montagnes de leur enfance, que Bruno n’a jamais quittées…

Si l'on retrouve des thèmes chers à Van Groeningen, comme les rapports parent-enfant, déjà au cœur de The Broken Circle Breakdown ou de My Beautiful Boy, Le otto montagne est le film de la maturité pour le cinéaste. Avec une mise en scène plus posée et le montage savant du génial Nico Leunen, le film progresse par ellipses pour raconter, sur une vingtaine d'années, l'amitié indéfectible qui unit deux êtres en quête de sens, Bruno en restant dans sa montagne, reprenant la fromagerie d'alpage de son oncle, Pietro en devenant écrivain et en passant une partie de sa vie dans d'autres montagnes, celle du Népal. Deux amis qui se retrouvent néanmoins toujours avec plaisir sur les traces de leur enfance perdue, avec le fantôme du père de Pietro, qui les emmenait tous deux avec lui dans ses escapades montagnardes…

À la recherche du bonheur

Campés par les formidables Alessandro Borghi et Luca Marinelli (découvert dans Martin Eden de Pietro Marcello), ces personnages forts sont tous deux à la recherche d'un bonheur qui semble illusoire. Faut-il, pour l'atteindre, courir le monde ou rester sur sa montagne? Pietro et Bruno sont la magnifique illustration de la jolie légende népalaise des huit montagnes, qui donne son titre au film et lui confère toute sa profondeur.

En ce premier jour de Compétition cannoise, Felix Van Groeningen et Charlotte Vandermeersch ont d’ores et déjà enthousiasmé la Croisette avec un film qui a de très grandes chances de figurer au palmarès.

Avec "Le otto montagne", le réalisateur belge Felix Van Groeningen au sommet au Festival de Cannes
©KFD

Le otto montagne Drame Scénario & réalisation Felix Van Groeningen et Charlotte Vandermeersch (d'après le roman de Paolo Cognetti) Photographie Ruben Impens Montage Nico Leunen Avec Alessandro Borghi, Luca Marinelli, Filippo Timi, Elena Lietti… Durée 2h27

Avec "Le otto montagne", le réalisateur belge Felix Van Groeningen au sommet au Festival de Cannes
©Cote LLB