"Decision to Leave": un élégant polar romantique signé Park Chan-wook au Festival de Cannes

Ce lundi après-midi, 18 ans après avoir électrisé la Croisette avec "Old Boy", le Coréen Park Chan-wook revenait en Compétition à Cannes avec une romance policière sur les relations femmes-hommes et la manipulation.

Hubert Heyrendt, à Cannes
"Decision to Leave": un élégant polar romantique signé Park Chan-wook au Festival de Cannes
©Cinéart

Cela fait un petit temps qu'on n'avait plus eu de nouvelles du Coréen Park Chan-wook, qui avait marqué le festival de Cannes en 2004 avec son impressionnant Old Boy, qui avait décroché le grand prix du jury. Son dernier passage sur la Croisette remonte à 2016, avec Mademoiselle, thriller érotico-psychologique en costumes porté par la magistrale Kim Min-hee. Huit ans plus tard, le cinéaste sud-coréen sort de son silence avec Decision to Leave, un beau film, mais qui n'a pas créé un enthousiasme démesuré.

C’est que le cinéaste coréen s’est assagi. À 58 ans, il fait ici se tourner autour, pendant plus de deux heures, un homme et une femme, Hae-joon et Seo-rae. Le premier est un inspecteur de la police de Busan (Park Hae-il) chargé d’enquêter sur la mort du mari de la seconde (Tang Wei), un sexagénaire retrouvé aux pieds d’une montagne. Suicide? La jeune femme, une immigrée chinoise, devient plutôt la principale suspecte. Mais sa beauté, sa douceur, son mystère, son coréen littéraire et maladroit font rapidement tourner la tête du flic. Lequel délaisse de plus en plus sa propre femme, préférant passer ses longues soirées d’insomnie en planque pour surveiller sa belle suspecte…

"Decision to Leave": un élégant polar romantique signé Park Chan-wook au Festival de Cannes
©Cinéart

Belle mécanique

Grand maître de l’esthétique, Park Chan-look signe un film à la mise en scène magistrale, qui joue habilement des temporalités, de la géographie, du montage, pour filmer cette rencontre inattendue et la lente montée du désir… Où l’on retrouve son goût pour l’érotisme, dans la façon par exemple dont il filme son policier prendre en photo, quasi tremblant, les marques de griffures à l’intérieur de la cuisse de la jeune femme. Ou lorsque, pendant l'interrogatoire au poste, il fait monter les meilleurs sushis de la ville, transformant la confrontation policière en dîner romantique face à la glace sans tain, derrière laquelle les observent des collègues médusés...

Mais Decision to Leave est construit en deux actes - le second nettement moins fort - et le cinéaste, retors, nous mène finalement vers autre chose, vers une exploration de la manipulation, inhérente à toute enquête criminelle, mais peut-être aussi à toute relation amoureuse… Découvert avec une trilogie ultra-violente (Sympathy for Mister Vengeance, Old Boy et Lady Vengeance...), Park Chan-wook continue d'explorer la violence, mais elle est ici intérieure. C'est celle de sentiments impossibles à réprimer et qui poussent parfois à agir à l'encontre de la logique.

Réalisé avec grâce, bourré de trouvailles stylistiques et d'humour, Decision to Leave est un film d'une grande élégance. Et porté par deux acteurs magnétiques, le Coréen Park Hae-il (découvert dans Memories of Murder et The Host de Bong Joon-ho) et la Chinoise Tang Wei (révélée par Ang Lee dans Lust, Caution). Mais, si la belle mécanique est sublime, elle a tendance à prendre un peu le dessus sur le récit lui-même et ce au détriment de la relation entre les personnages…

"Decision to Leave": un élégant polar romantique signé Park Chan-wook au Festival de Cannes
©Cinéart

**Decision to Leave Polar amorueux De Park Chan-wook Scénario Jeong Seo-kyeong et Park Chan-wook Photographie Kim Ji-yong Avec Park Hae-il, Tang Wei… Durée 2h16

"Decision to Leave": un élégant polar romantique signé Park Chan-wook au Festival de Cannes
©Cote LLB