Elle est très belle , elle porte une robe rouge et elle s'appelle Gilda. On a compris que pour Cristi, ce policier roumain au crâne dégarni et à l'imperméable mastic, cette femme sera fatale.

Elle est la petite amie - pas loin du mètre 80, tout de même - du jeune patron d'une usine de matelas suspecté par la police de blanchir l'argent de la drogue. Chargé de l'enquête, Cristi est rapidement soupçonné de corruption et mis sur surveillance par sa supérieure. Des caméras sont discrètement installées dans son appartement, ce dont il est parfaitement conscient.

Que fait -il à Gomera, cette île des Canaries ? Officiellement, il est en vacances. En réalité, il suit un stage intensif de silbo, une langue sifflée. Cela va lui permettre de communiquer comme un oiseau avec Gilda dans le plan d’évasion très élaboré de l'homme aux matelas bien garnis.

Cristi s'en va donc régulièrement siffler à la fenêtre, mais aussi sur la colline, introduisant des chants d'humour dans ce thriller complexe à souhait. On accepte d'autant plus facilement de se perdre, que la femme est fatale, Crisiti est Buster Keaton, l'humour est absurde, les références cinématographiques sont ludiques et que la musique est bonne, bien utilisée, pour tous les goûts. Cela commence rock avec Iggy Pop., puis il y a beaucoup d'opéra et cela se termine par une variation kitch du concert de Nouvel An.

Bref, le cinéaste roumain Nicolas Porumboiu, Caméra d’or avec "12:08 à l'est de Bucarest", livre un film plaisant et coloré, décrivant la réalité effrayante et sinistre de ses compatriotes surveillés en permanence par des caméras et condamnés à jouer leur vie comme des acteurs.