Festival de Cannes

“Douleur et Gloire”, c’est un peu le “8 1/2” d’Almodóvar et peut-être le film qui lui vaudra enfin la Palme d’or. Rencontre avec Antonio Banderas qui incarne son réalisateur fétiche. Le film sort aujourd’hui sur les écrans.


Quelle fut votre première réaction en lisant le scénario de "Douleur et gloire" ?

D’appeler Pedro et de le remercier. Je le reconnaissais dans ces pages et, pourtant, c’était un Pedro différent, plus minimaliste, plus simple, plus du tout baroque.

(...)