A Cannes, il y a des projections qu'on n'oubliera jamais. Celle de « La guerre est déclarée » à la Semaine de la critique. L'histoire de Juliette et Roméo et de leur enfant avec une tumeur au cerveau. Au lieu d'un tire-larmes, ce fut un thriller, une comédie – même musicale -, un documentaire, un film de guerre contre le cancer. Et même une histoire vraie. Celle de Valérie Donzelli et Jérémie Elkaim. Un déballage? Une thérapie? Une mise en abyme? Non, un film libre, iconoclaste, palpitant, hyperréaliste. Un torrentueux hymne à la vie, un cinéma qui ose tout. Suffoqués par l'émotion, les spectateurs refusaient de laisser partie la réalisatrice et son acteur médusés par l'énormité de l'effet de leur film.

Cinq plus tard, revoici Donzelli et Elkaïm cette fois-ci en compétition et toujours pour une histoire vraie, un autre sujet difficile: les rapports incestueux de « Marguerite et Julien », une sœur et son frère. Et c'est reparti pour une nouvelle idée formelle sensationnelle afin de donner à son thème un caractère intemporel. Ce récit qui se déroule dans un château au début des années 1600, elle le met en scène en circulant librement dans le temps, entre le XVII ème siècle et aujourdhui. Le roi vit toujours mais on roule en Mustang et Marguerite préfère être dessiné que photographiée. Le problème, c'est que la cinéaste ne s'en tient pas à cette idée forte et s'éparpille en faisant joujou avec sa caméra. C'est son style « pop-up » certes, mais il tourne ici au procédé, à la recette.

L'autre problème, c'est Jérémie Elkaïm qui s'attribue chaque fois le rôle principal. Le couple maudit qu'il forme avec Anaïs Demoustier devrait être aussi incandescent, scandaleux or il est aussi palpitant que la lecture du Moniteur belge. Et pourtant Anaïs Demoustier irradie l'écran.

On regarde un film qui se regarde en train de se regarder pour voir l'effet qu'il fait. Pas beaucoup. Des spectateurs partent, d'autres rallument leur portable. A la fin, aucun applaudissement ne vient réveiller ceux qui se sont endormis pendant la pathétique fuite des amants poursuivis par la police.