Une comédie signée Michèle Laroque. Ouille, ça fait peur ! On se souvient en effet de Brillantissime, son premier film en tant que réalisatrice, que notre collègue Fernand Denis avait, en ces pages, retitré : "Nullissime" ou "Daubissime". D’autant que le sujet est un peu le même : des petites histoires de couples aisés… Et qu’Oriane Deschamps (la fille de Laroque) campe à nouveau sa propre fille à l’écran, face à leur chienne Emy (quelle actrice !).


Si les dialogues sont très plats - c’en est parfois embarrassant - et les situations archi-convenues, Chacun chez soi parvient quand même à décrocher l’un ou l’autre sourire. Comme lorsque Laurence Bibot, la meilleure amie de Laroque, explique : "Les gosses, c’est comme des cafards. Il fait chaud, il y a à boire, à bouffer, ils partent plus."

Chacun chez soi n’est en effet ni plus, ni moins qu’une resucée de Tanguy (sans le talent d’Étienne Chatiliez). Ou quand Catherine (Laroque) n’a pas envie de voir s’éterniser chez elle le couple de sa fille (Alice de Lencquesaing). D’autant qu’elle doit déjà gérer son mari (Stéphane De Groodt), totalement accro aux bonsaïs depuis qu’il a revendu sa boîte…

C’est sûr, Michèle Laroque s’aime beaucoup. Elle se filme à son avantage, dans la salle de bain ou chantant "Tu me manques (Pourtant tu es là)" de Gaëtan Roussel et Vanessa Paradis dans une séquence "émotion". C’est totalement insupportable. Même si l’on prend un malin plaisir à observer Stéphane De Groodt. À l’image de son personnage dans son couple et dans sa famille, le comédien belge semble totalement perdu au milieu de cette comédie française. Toujours aussi lunaire, il joue sa propre partition, comme s’il était dans un autre film…

Chacun chez soi Comédie De Michèle Laroque Scénario Michèle Laroque & Julien Colombani Avec Michèle Laroque, Stéphane De Groodt, Alice de Lencquesaing, Olivier Rosemberg, Lionel Abelanski, Laurence Bibot, Oriande Deschamps… Durée 1h23

© Cote LLB