Prix Goncourt 2016, Chanson douce, est assez logiquement adapté au cinéma, étant donné sa notoriété et sa commodité : 3 adultes, 2 enfants, 1 appartement.

Soit un couple bobo parisien, Paul et Myriam. Avocate, elle a mis sa carrière en veilleuse à la naissance de ses enfants, mais elle veut reprendre le travail, même si son salaire doit servir à payer la nounou.

Dans son adaptation, Lucie Borleteau opère une modification structurelle qui transforme fondamentalement le roman de Leïla Slimani. . Celui-ci s’ouvrait avec la découverte du bébé et de sa grande sœur assassinés. La suite du récit consistait en un long flash-back explorant les rapports psychologiques complexes entre parents et baby-sitter à la recherche d’éléments ayant pu conduire à ce drame. Dès le premier jour, la nounou s’était imposée comme la fée du logis, s’occupant, des enfants et du ménage, se rendant indispensable même en vacances. Leïla Slimani éclairait les rapports pervers et subtils, de classe et de domination, ce qui réclamait un réalisateur de la trempe d’un Losey, d’un Polanski, d’un Mankiewicz, d’un Ozon…

Lucie Borleteau, dont on se souvient de Fidelio, renonce au flash-back et installe le spectateur dans un thriller anxiogène. Cette nounou qui est, tantôt la sœur de Mary Poppins, tantôt celle Jack Nicholson dans Shining, fera-t-elle du mal aux enfants ? C’est désormais tout le suspense. La caution du Goncourt était-elle nécessaire pour un ressort dramatique aussi basique ? Certes, on sent que la cinéaste avait probablement d’autres ambitions, mais sans pouvoir les traduire. Pire, quand on connaît toute la complexité psychologique que peut exprimer Karin Viard, notamment dans Les Chatouilles ; on a de la peine à la voir chercher son personnage entre une frappadingue et une solitaire dépressive. Du livre, il ne reste rien, pas même le titre, la chanson est stressante.

Chanson douce Thriller goncourisé De Lucie Borleteau Scénario Lucie Borleteau, Jérémie Elkaïm D’après l’œuvre Leïla Slimani Avec Karin Viard, Leïla Bekhti, Antoine Reinartz Durée 1h 40.

© Note LLB