Cinéma Ceux qui savent retiennent leur souffle: dans trois mois, Nymphomaniac, le nouveau film du controversé réalisateur Lars Von Trier sortira en salles. En deux chapitres de deux heures trente. En version censurée. 

Censurée? Oui, car Nymphomaniac s'annonce d'ores et déjà comme un nouveau coup dans les entrailles du politiquement correct et de la pudibonderie, asséné par les poings enragés de Lars Von Trier.

Nymphomaniac raconte l'histoire sexuelle de la femme Joe, jusqu'à ses 50 ans. Ou comment raconter la sexualité des hommes et des femmes cinq heures durant dans une salle de cinéma. Le tout avec un joli casting, diversifié et talentueux: Charlotte Gainsbourg, Uma Thurman, Willem Dafoe, Shia LaBoeuf. Au total, 14 acteurs et actrices ont répondu présent à la messe orgiaque du réalisateur danois.

Et si Nymphomaniac est attendu au tournant (le film sera présenté, dans sa version porno, à Cannes en mai prochain), c'est bien sûr pour pouvoir évaluer le talent de Lars (géniteur, tout de même, de Dancer In The Dark, des Idiots et de Dogville), aussi pour voir les courbes dénudées des acteurs, mais surtout parce que l'équipe marketing du film travaille depuis des mois sur une communication acharnée et charnelle. 

Ainsi, après avoir présenté de courts extraits du film sur Youtube et dévoilé un tableau interactif, voilà que sortent à présent les affiches du film. Quatorze, pour autant d'acteurs en train de jouir. En toute sincérité. 








Lars, le mercure grimpe, la pression monte: les préliminaires bientôt terminer, il va falloir assurer le plat de résistance: le film sera-t-il bon? Réponse d'ici quelques mois...