David Cronenberg

Par Serge Grünberg

Ed. Cahiers du cinéma,

coll. `Auteurs´, 192 pp., 20 €

La sortie de `Spider´, nouveau film de David Cronenberg, est l'occasion d'une réédition augmentée de l'étude que lui consacra Serge Grünberg en 1992.

OEuvre d'un spécialiste (il est également l'auteur d'un monumental recueil d'entretiens avec le cinéaste, paru chez le même éditeur), l'ouvrage s'ouvre sur une analyse du `Festin nu´, pour réaffirmer le lien entre le cinéaste canadien et William S. Burroughs - `sa principale influence artistique´ - avant de balayer l'ensemble de sa filmographie.

Tissant des liens entre les différentes thématiques irriguant le cinéma de Cronenberg, Grünberg signe une approche aussi fouillée qu'érudite, pour ébaucher une vision cohérente d'une oeuvre en forme d' `univers mental ´, avant d'y intégrer - greffer? - les derniers films du réalisateur, de `M. Butterfly´ à `Spider´. Pour pouvoir conclure joliment: `Quelle est notre place, dans ce processus? Celle du spectateur-auteur, qui collabore non seulement avec l'acteur qui incarne magnifiquement cette sensibilité en roue libre, mais aussi avec le cinéaste, qui ne nous impose rien, qui nous laisse libre de voyager dans son oeuvre et d'en faire notre version. La leçon de David Cronenberg est une leçon de liberté. Ses toiles d'araignée nous condamnent à être libres, selon la formule célèbre. Comme Spider, nous en sommes les bâtisseurs et les proies.´ (J.-F. Pl.)

© La Libre Belgique 2002