C’est l’histoire classique d’un jeune couple qui déménage de Manhattan à Chosen, petite ville historique au nord de New York. Universitaire ambitieux, George Clare (James Norton) a décroché un poste de professeur dans la petite université privée de Saginaw, où il donne un cours consacré aux peintres de la Vallée de l’Hudson. Catherine (Amanda Seyfried), sa jeune épouse, n’est pas franchement ravie de s’installer dans ce coin paumé. D’autant que, rapidement, elle et sa fille sont sensibles à d’étranges phénomènes dans la vieille maison en pierres dans laquelle la famille s’est installée; elles ressentent notamment une présence féminine… Mais George ne veut rien entendre. Bientôt, le couple commence à se fissurer.

Une horreur étudiée

Découverts en 2003 avec American Splendor, géniale adaptation des comics indépendants d’Harvey Pekar avec Paul Giamatti, le couple de scénaristes et réalisateurs Shari Springer Berman et Robert Pulcini n’ont jamais réellement retrouvé la même inspiration (si ce n’est, peut-être dans l’intéressant téléfilm Cinema Verite pour HBO, où ils retraçaient les débuts de la télé-réalité en 1973). Après Le Journal d’une baby-sitter avec Scarlett Johansson en 2007, Imogene avec Kristen Wiig en 2013 ou Ten Thousand Saints avec Emile Hirsch en 2015, les revoici dans un tout autre genre.

Adaptant le roman Dans les angles morts, publié en 2016 par Elizabeth Brundage, Berman et Pulcini s’essayent en effet au film d’horreur. Mais, cinéastes new-yorkais plutôt intellos, ils optent évidemment pour un fantastique raffiné, à l’esthétique étudiée, en écho aux toiles de l’École de l’Hudson River qu’étudie leur personnage masculin. Leur nouveau film, le couple l’ouvre d’ailleurs sur une citation du théologien, philosophe et mystique suédois Emanuel Swedenborg, qui a publié en 1758 Du Ciel (et de ses merveilles) et de l’Enfer, d’après ce qui a été entendu et vu, où il raconte ses visites du Paradis et de l’Enfer. Un ouvrage qui donne son titre original au film, mais qui leur sert de fil rouge pour faire de l’art la porte d’entrée vers le monde des morts.


L’horreur du patriarcat

Si la mise en scène se veut raffinée, en hommage au cinéma gothique classique, Berman et Pulcini utilisent l’horreur de façon métaphorique, pour dénoncer le patriarcat qui continue de hanter la société américaine. Campée par la touchante Amanda Seyfried (récemment nommée à l’Oscar au second rôle pour sa prestation dans Mank de David Fincher) face à un James Norton pour une fois inquiétant, la jeune héroïne doit en effet subir la domination de son mari, s’inscrivant dans une forme d’héritage de la violence imposée aux femmes par les hommes.

Dans les angles morts / Things Heard&Seen Fantastique Scénario & réalisation Shari Springer Berman & Robert Pulcini (d’après le roman d’Elizabeth Brundage) Photographie Larry Smith Avec Amanda Seyfried, James Norton, Natalia Dyer… Durée 1h59.

© D.R.

Disponible sur Netflix