Pour Noah Baumbach, les deux stars se montent profondément justes et touchantes.

Marriage Story s’ouvre de façon merveilleuse, par la présentation, en deux temps, de la vie quotidienne new-yorkaise d’une femme et d’un homme. D’abord : "Ce que j’aime chez Nicole." Puis : "Ce que j’aime chez Charlie." Mais ces déclarations d’amour sont trop tardives. Ce sont celles que leur conseiller conjugal leur a demandé d’écrire. Et qu’ils sont incapables de se lire l’un à l’autre…

Marriage Story met en effet en scène la rupture d’un couple formé par une jeune actrice de Los Angeles et le jeune metteur en scène de théâtre prometteur qu’elle a suivi à New York. Après dix ans de mariage, la jeune femme décide de rentrer à Hollywood pour tourner le pilote d’une série. Et en profite pour demander le divorce de cet homme qu’elle a follement aimé, mais qu’elle juge trop égoïste, n’ayant jamais pensé qu’à sa carrière sans se soucier de ce que, elle, souhaitait réellement, en tant que femme et comédienne.

Séparation entre New York et Los Angeles

Quinze ans après Les Bergmann se séparent, l’ancien scénariste de Wes Anderson renoue dans Marriage Story avec ses débuts de réalisateur. À nouveau, il explore, avec beaucoup de délicatesse et de tendresse, le divorce. Sauf que si, dans son deuxième long métrage en 2004, il revenait sur l’histoire de ses parents à Brooklyn, le cinéaste s’est ici inspiré de sa propre séparation avec l’actrice Jennifer Jason Leigh… Le point de vue n’est dès lors plus celui de l’enfant, mais celui de ses parents, le film alternant entre le point de vue de la mère et celui du père.

Avec beaucoup d’intelligence et un sens du dialogue à nouveau époustouflant, Marriage Story dissèque le processus de séparation de deux êtres qui se sont tant aimés et se retrouvent dépassés par les événements quand les avocats font leur entrée en scène (notamment une géniale Laura Dern)… Avec, comme métaphore de cet éloignement, mais aussi comme cause, l’opposition entre un New York intello et un Los Angeles futile. Un thème déjà évoqué par Baumbach dans Greenberg en 2010.

À mille lieues des crises de nerfs de Kramer contre Kramer ou même de la douleur des Bergmann se séparent, Marriage Story joue plutôt sur la corde de la mélancolie et de la tristesse. Pour camper ce couple attachant, Baumbach a fait appel à deux pointures. Cinq ans après While We’re Young , il retrouve Adam Driver, qu’il place face à la toujours magnétique Scarlett Johansson, qui, une fois sortie de ses marvelleries et autres bessonneries, se souvient combien elle est une actrice racée et raffinée. Tous deux épatants, à la fois drôles et déchirants de vérité, ils forment l’un des plus beaux couples du cinéma actuel.

Marriage Story Drame sentimental De Noah Baumbach Scénario Noah Baumbach Musique Randy Newman Avec Scarlett Johansson, Adam Driver, Laura Dern, Ray Liotta… Durée 2h16

Le film sort ce mercredi en salles et sera disponible dès le 6 décembre sur Netflix.

© Note LLB