Lambert Wilson flotte dans un biopic trop académique du général de Gaulle.

Mai 1940. Alors que les Allemands se rapprochent de Paris, Charles de Gaulle (Lambert Wilson), qui vient d’être nommé général à titre temporaire par le président Reynaud (Olivier Gourmet), refuse de se résigner à la défaite. Avec l’aide de Georges Mandel (Gilles Cohen), il tente de convaincre le gouvernement de ne pas signer l’armistice avec Hitler. Mais c’est la voix du vieux héros de la Première Guerre mondiale, le maréchal Pétain (Philippe Laudenbach), qui semble la plus audible… Envoyé comme ambassadeur auprès de Churchill à Londres, de Gaulle laisse sa femme Yvonne (Isabelle Carré) et leurs enfants sur les routes de l’Exode…

Biographie ou hagiographie ?

Charles de Gaulle est un personnage plus grand que nature, une référence absolue, sans cesse convoquée par la classe politique française (y compris la gauche désormais). Cette stature historique explique sans doute pourquoi le cinéma français n’a jamais osé s’y attaquer frontalement, hormis dans la mini-série Le Grand Charles en 2006 (où il était campé par Bernard Farcy). Gabriel Le Bomin est conscient de l’enjeu et c’est ce qui explique sans doute son parti pris : focaliser son évocation sur les quelques semaines qui précédèrent le fameux Appel du 18 juin et tenter de trouver l’humain derrière le mythe historique. C’est malheureusement un échec.

Comme son film précédent Les Patriotes en 2017 (consacré au résistant noir Addi Bâ durant la Seconde Guerre mondiale), le cinéaste se montre beaucoup trop sage. Auteur de nombreux documentaires historiques, Le Bomin se révèle à l’aise dans la reconstitution et dans l’analyse politique de ce moment charnière pour le destin de la France. Mais, ne souhaitant jamais écorner la carrure du héros français, il livre une hagiographie sans intérêt, carrément dérangeante dans des scènes familiales bancales, tournant notamment (jusqu’au carton final) autour de la petite Anne, la fille handicapée de de Gaulle.

Dommage pour Lambert Wilson, dont la prestation n’est pas en cause et pour qui les habits du général ne semblaient pas trop grands. Intelligemment, et malgré la prothèse de nez, le maquillage, il ne cherche jamais à imiter son modèle (surtout pas dans sa voix), mais à en incarner l’essence, la grandeur…

De Gaulle Biopic historique De Gabriel Le Bomin Scénario Gabriel Le Bomin & Valérie Ranson Enguiale Avec Lambert Wilson, Isabelle Carré, Olivier Gourmet, Sophie Quinton, Philippe Laudenbach, Gilles Cohen… Durée 1h48

© DR