Dès la réouverture des salles, le public cinéphile va revoir divers talents belges à l’écran. Virginie Efira sera à l’affiche d’Adieu les cons d’Albert Dupontel. La comédienne est également attendue à Cannes, dans Benedetta de Paul Verhoeven.

Matthias Schoenaerts et Jérémie Renier participent aussi à la célébration de réouverture des salles le 9 juin. Le premier avec Sons of Philadelphia, film américain du Français Jérémie Guez. Le second partage avec Noée Abita l’affiche de Slalom de Charlène Favier, un film qui bénéficie du label Cannes 2020.

Roméo Elvis fait, lui, ses premiers pas devant la caméra de Quentin Dupieux dans Mandibules, également de sortie le 9. Et sa sœur Angèle est au casting d’Annette de Leos Carax, présenté le 6 juillet prochain en ouverture du 74e Festival de Cannes. Ajoutons aussi à la fête le regard du directeur de la photographie flamand Nicolas Karakatsanis, dont bénéficie le très réussi Cruella des studios Disney.

Les fans de Benoît Poelvoorde le retrouveront dès le 14 juillet dans Mystère à Saint Tropez de Nicolas Benamou, où le Namurois partage l’affiche avec Christian Clavier et Gérard Depardieu. On le reverra deux semaines plus tard dans Profession du père de Jean-Pierre Améris, une adaptation du roman éponyme de Sorj Chalandon, avec Audrey Dana et un autre acteur belge, le jeune Jules Lefebvre (découvert dans Duelles d’Olivier Masset-Depasse).

Du côté des réalisateurs, le premier film belge proposé aux spectateurs est le touchant film familial flamand Mon père est une saucisse, réalisé par Anouk Fortunier, qui sortira le 23 juin.

Films de réalisateurs confirmés

La sélection cannoise, qui sera annoncée ce 3 juin, devrait aligner "une belle présence" belge nous confie-t-on au Centre du Cinéma de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Qui pourrait déboucher sur plusieurs sorties dans la foulée du festival, qui se tient exceptionnellement cette année du 6 au 17 juillet (lire en page 5).

Sont notamment prêts et très attendus (mais encore non datés pour une sortie) les films de réalisateurs confirmés : L’Ennemi de Stephan Streker (d’après l’affaire Wesphael), avec Jérémie Renier et Emmanuelle Bercot, La Dernière Tentation des Belges de Jan Bucquoy, Nobody Has To Know de Bouli Lanners et Inexorable de Fabrice du Welz. Joachim Lafosse pourrait également être de la partie avec Les Intranquilles, déjà annoncé dans les salles à l’automne, le 27 octobre.

Il faudra attendre la fin de l’été (a priori le 28 août) pour découvrir Des hommes de Lucas Belvaux (labellisé Cannes 2020), avec Gérard Depardieu, Jean-Pierre Darroussin et Catherine Frot.

Egalement reporté à plusieurs reprises, Le Milieu de l’horizon de Delphine Lehericey (qui a signé en 2013 le très beau Puppy Love), avec Laetitia Casta et Clémence Poésy, devrait sortir en septembre.

Les nouveaux talents

Les films de plusieurs nouveaux talents sont également attendus à la rentrée et à l’automne. Parmi ceux-ci, Une Vie démente de Raphaël Balboni et Ann Sirot est prévu le 8 septembre. On annonce le 6 octobre Mon Légionnaire, deuxième long métrage de la Française basée à Bruxelles Rachel Lang ( Baden Baden ), avec notamment Camille Cottin et Louis Garrel.

Tourné pendant la pandémie, L’Employée du mois de Véronique Jadin, avec Jasmina Douieb et Laetitia Mampaka, est en cours de finition et pourrait arriver également sur les écrans avant la fin 2021.

Parmi les premiers films belges en attente, mentionnons encore U n monde de Laura Wandel ou Space Boy d’Olivier Pairoux, avec Yannick Renier, Jean-Benoît Ugeux et Basile Grunberger, découvert dans Nos batailles de Guillaume Senez. Ce film est d’ores et déjà annoncé le 27 octobre.

Quant à Jean-Pierre et Luc Dardenne, ils seront, eux, en tournage cet été. Rendez-vous en ce qui les concerne en 2022 - si tout va bien.

Toutes les dates sont communiquées sous réserve de modification.