À découvrir, en VOD, un petit film indépendant américain noir c’est noir, sur les routes de l'Indiana…

Alors que les salles restent fermées, les distributeurs sortent aux compte-goutte quelques film en « Premium VOD ». Comme ce fut le cas, il y a quelques jours, pour Pour l'éternité du Suédois Roy Andersson (dès le 18/3) et pour Jumbo de la Belge Zoé Wittock. De son côté, le distributeur Cinéart attend de voir si le confinement est prolongé pour proposer certains de ses films en Premium VOD. En attendant, il sort en simple vidéo à la demande Donnybrook, dont aucune sortie en salles n'était prévue… Le film date d’ailleurs de 2018. Entre-temps, son réalisateur Tim Sutton a d’ailleurs déjà réalisé un autre film (Funny Face) et bosse sur le suivant. Peut-être bosse-t-il d’ailleurs un peu trop vite…

Le cinéaste américain raconte ici la douloureuse histoire d’Earl (Jamie Bell). Vétéran de la guerre en Irak, le trentenaire survit avec sa femme et ses deux enfants dans un camping-car. Son rêve? Remporter le Donnybrook, tournoi clandestin de combats à mains nues dont le gagnant empoche 100000 dollars. Pour payer son ticket d’entrée, il braque une armurerie locale. En cavale vers Donnybrook, il croise sur sa route Angus (Frank Grillo), un ancien boxeur reconverti en dealeur, et sa jeune soeur Delia (Margaret Qualley)…

© Cinéart

Un beau casting mais des personnages caricaturaux

Avec Donnybrook, adapté du roman de Frank Nill, Tim Sutton s’essaye au film noir contemporain au fin fond de l’Indiana. Et noir, c’est noir! À l’image de la photographie, toujours sombre. À tel point qu’on ne voit quasiment rien par moments. Assez complaisant avec la violence, le film propose une caricature de drame social américain, où les personnages sont dessinés à très gros traits. Que ce soit le shérif alcoolique (James Badge Dale, découvert dans la série The Black Donnellys et revu dans World War Z), le trafiquant de drogue bodybuildé ultra-violent ou encore l’ex-marine sur les traces de la rédemption, campé par un Jamie Bell qui a bien grandi depuis Billy Elliot il y a 20 ans…

Dans cette caricature de film indépendant, on sauvera le néanmoins le casting. Et notamment la jeune actrice qui monte Margaret Qualley, touchante et qui parvient à donner un peu de profondeur à son personnage de une jeune fille méprisée et abusée par les hommes. Découverte dans la série The Leftovers, lumineuse dans Once Upon a Time in… Hollywood, la fille d'Andie MacDowell sera prochainement (enfin dès que les salles pourront rouvrir) à l’affiche de My Salinger Year du Québécois Philippe Falardeau, qui faisait l’ouverture de la Berlinale en février dernier.

© Cinéart

Le film est disponible dès ce mercedi sur les plateformes VOD UniversCiné, Proximus Pickx et VOO (Telenet en Flandre).

*Donnybrook Drame indépendant De Tim Sutton Scénario Tim Sutton (d’après le roman de Frank Bill) Photographie David Ungaro Musique Jens Bjørnkjær & Phil Mossman Montage Scott Cummings Avec Jamie Bell, Frank Grillo, Margaret Qualley, James Badge Dale… Durée 1h41

© Note LLB