Marion Hänsel emmène Olivier Gourmet et Sergi Lopez en vadrouille dans la nature croate.

Homer et Joé ne se connaissent pas. Dans un petit port croate, ils embarquent pourtant ensemble sur un petit rafiot à moteur qu’ils ont loué pour une semaine. Ils amènent suffisamment de nourriture et de bière. Ainsi qu’un chiot, que vient de leur jeter dans les bras un groupe d’enfants. Voilà le duo remontant le fleuve dans de magnifiques paysages sauvages, en direction de chutes d’eau, le temps d’un voyage initiatique sur les traces de leur père, qu’Homer n’a pas connu…

"En amont du fleuve" partage avec "Noir Océan" (2010) un goût pour le littéraire, un amour du voyage et de la solitude. Rien d’étonnant puisque Marion Hänsel en cosigne à nouveau le scénario avec le romancier Hubert Mingarelli. La cinéaste signe un film sur la filiation et la fraternité d’une parfaite simplicité, sec, sans fioritures, où l’émotion affleure le temps d’un sourire ou d’une engueulade entre ces deux demi-frères aussi taiseux l’un que l’autre…

Plus que la destination de ce périple sur les traces des origines, ce qui intéresse la cinéaste bruxelloise, c’est la relation qui va se nouer, le temps d’une semaine d’errance dans une nature majestueuse, entre ces deux hommes qui ne partagent a priori rien - l’un possède une boîte de transport routier, quand l’autre est écrivain -, si ce n’est que l’ombre de ce père croate…

A travers les gestes (amarrer le bateau, pêcher, vider un poisson, préparer le repas, vider une canette de bière, fumer une cigarette…), Hänsel construit un portrait subtil de deux cinquantenaires en deuil malgré eux, qui ont perdu un père mais sont en train de se découvrir un frère… Sans que jamais les a priori sociaux n’interfèrent. Car au milieu de la nature, quand il s’agit de barrer un bateau, de traverser une rivière ou de grimper la montagne, chacun est égal…

Si jamais on ne s’ennuie alors qu’il ne se passe rien d’extraordinaire à l’écran, c’est non seulement par la subtilité de cette étude de personnages mais aussi grâce au talent des acteurs. Hänsel retrouve Olivier Gourmet après "La Tendresse", qu’elle place face à Sergi Lopez, dans un tandem d’autant plus passionnant qu’il apparaît curieux, inassorti… Epatants de retenue et de sobriété, les deux acteurs se mettent au diapason du cinéma de Marion Hänsel. Un cinéma radicalement humain, qui aborde des questions profondes sans jamais tomber dans le discours ou la démonstration. On regrette simplement le côté trop romancé, et finalemennt inutile, de la raison de la mort du père…


Production&réalisation : Marion Hänsel. Scénario : Marion Hänsel&Hubert Mingarelli. Avec Olivier Gourmet, Sergi Lopez, John Lynch… 1 h 23.