Ric Roman Waugh filme une course contre la mort qui met aux prises Gerard Butler et Morena Baccarin contre le reste du monde.

On s’est demandé à qui était destiné le nouveau film de Ric Roman Waugh qui entame son récit quelques heures avant l’arrivée dans l’atmosphère d’une pluie de météorites menaçant la survie de la planète…

Est-ce un film catastrophe musclé, calibré pour les admirateurs de Gerard Butler (La chute du président) alias John Garrity ? Ou une leçon de courage et de dévouement parental destiné à contenter les amoureux transis de Morena Baccarin (Deadpool, Homeland), alias Allison, son ex-femme ?

Difficile de trancher tant les deux acteurs rivalisent de persévérance et d’abnégation pour sauver leur fils Nathan (Roger Dale Floyd) d’une mort d’autant plus certaine que le compte à rebours est lancé dès les premières minutes du film Greenland.

Sélectionnés par le Département de sécurité intérieure afin de se réfugier dans un abri spécialement équipé, les trois membres de la famille Garrity vont rencontrer de nombreux obstacles visant à les empêcher d'atteindre le site classé "secret défense" prévu à cet effet.

Pas de débat éthique, de l’action

Les questions morales et éthiques qui entourent cette "sélection" (pourquoi ont-ils été choisis ? que faire face à ceux de leurs proches et amis qui n’ont pas été sélectionnés ?) sont très rapidement évacuées pour céder la place à la difficile et délicate réalisation de ce défi. Avec une impressionnante liste d’obstacles à franchir et d’opposants à mettre hors d’état de nuire. Les événements apocalyptiques en cours révélant forcément "le pire comme le meilleur de l’humanité".

Heureusement, pour aider les plus distraits à suivre le déroulement des multiples rebondissements qui truffent ce scénario apocalyptique, le réalisateur Ric Roman Waugh, aidé par le compositeur David Buckley, a systématiquement entouré les moments les plus déchirants ou les plus poignants de nappes de violon à faire pâlir d’envie le concierge neurasthénique d’un centre commercial déserté.

Faut-il tout lâcher pour foncer voir en salle ce divertissement à bas coût, vite écrit, vite tourné et à peine plus réfléchi, qui cumule les poncifs sans sourciller et n’en finit pas de rebondir jusqu’à la grande scène finale ? Pas sûr, non… Mais bon, à chacun, finalement, d’en juger.

Le Dernier Refuge / Greenland Drame apocalyptique de Ric Roman Waugh. Scénario: Chris Sparling. Avec Gerard Butler, Morena Baccarin, Scott Glenn. Durée 1h40.

© DR