Après la nature, Yann Arthus-Bertrand braque ses caméras sur les hommes.

Depuis plus de 20 ans, Yann Arthus-Bertrand sillonne la planète, ramenant de superbes images de "La Terre vue du ciel", concept décliné en expos photos, livres, émissions télé… Pour son nouveau projet (présenté en septembre dernier à la Mostra de Venise et aux Nations unies à New York), le photographe français a eu une idée un peu folle, celle d’un film très ambitieux où il dresserait un état des lieux de l’humanité contemporaine. "Pendant deux ans, nous avons parcouru 72 pays, fait plus de 2 000 interviews… pour aller à la rencontre des autres, explique-t-il. Ceux dont on parle et surtout ceux dont on ne parle jamais. Ceux qui, pour la première fois, racontaient leur vie."

A l’écran, ces centaines de témoignages recueillis aux quatre coins du monde, le réalisateur les organise de façon thématique, entrecoupant chaque ensemble par ce qui fait sa marque de fabrique, des images de la Terre vue du ciel, en écho plus ou moins direct à ce que l’on vient d’entendre.

Guerre, violence, torture, homophobie, pauvreté, exploitation, surconsommation, relations hommes-femmes... Le constat est souvent dur, celui d’hommes et de femmes en proie à une vie difficile. Mais "Human" ne se contente pas de dresser la liste de tous les malheurs du monde. Il y est aussi question d’amour, de beauté, de réflexions métaphysiques sur la croyance, la vie après la mort… Ce que cherche Yann Arthus-Bertrand, c’est la simplicité de la rencontre, la parole de l’autre, quelles que soient sa culture, sa religion, ses opinions.

La démarche est forcément un peu convenue, "Human" (produit par la Fondation Bettencourt) cherchant à s’adresser au plus grand nombre. Il sera d’ailleurs diffusé gratuitement sur diverses plateformes dans le monde, tandis que le distributeur belge September Films reversera ses bénéfices au Ciré et au Vluchtelingenwerk Vlaanderen, qui se battent pour la protection de demandeurs d’asile et des réfugiés. "Human" n’en reste pas moins un éclairage intéressant sur les femmes et les hommes de ce début de XXIe siècle, sur leurs différences mais surtout sur ce qui les rassemble, toutes cultures et couleurs confondues.H.H.


© DR
Réalisation : Yann Arthus-Bertrand. 3 h 08.

Le film est projeté ce mercredi à Charleroi (Cinépointcom), lundi 30/11 à Louvain-la-Neuve (Cinéscope), jeudi 3/12 à Bruxelles (Vendôme). Puis un peu partout en Wallonie et en Flandre.