Cinéma

Le succès de la saga Hunger Games ne se dément pas. En plus de rameuter des millions de spectateurs dans les salles obscures, les films de Francis Lawrence ont des retombées, plus inattendues, d'ordre politique. Car, dans un pays comme la Thaïlande, où tout rassemblement ou toute manifestation sont interdits, voir une héroïne braver le pouvoir et se rebeller contre le totalitarisme, cela donne des idées, rapporte Le Figaro.

Cinq étudiants se sont d'ailleurs introduits dans une salle où le Premier ministre Prayuth Chan-Ocha prononçait un discours, l'ont interrompu et ont clamé "Nous ne voulons pas de coup d'État", en arborant les trois doigts levés, soit le signe des révolutionnaires dans Hunger Games. Après avoir été arrêtés, ces étudiants auraient été contraints de stipuler, par écrit, qu'ils ne s'impliqueraient dorénavant plus dans des activités politiques.

© AFP

Vu ces retombées, la chaîne Apex Group, qui distribue le film dans les cinémas, a décidé de supprimer le dernier opus de la programmation de certaines salles. Se justifiant auprès du "Bangkok Times", les représentants du groupe ont déclaré que les salles étaient utilisées pour des rassemblements politiques.

Trois jeunes se sont alors rendus devant un cinéma pour protester, en exhibant le signe anti-gouvernemental. Ni une ni deux, ils ont été embarqués par les forces de l'ordre. "Je ne sais pas si (le fait de faire ce geste) est illégal ou pas. Auquel cas, cela pourrait compromettre leur avenir", a déclaré le général Prayut Chan-O-Cha. Avant d'ajouter qu'il ne souhaitait pas les punir dans l'immédiat. "Ils ont été à peine réprimandés, avant d'être relâchés", a-t-il précisé.

© AFP

"Aujourd'hui, il n'y a plus de liberté en Thaïlande. Tout le monde est effrayé de dire ou de faire quelque chose de mal", a expliqué aux nombreux journalistes présents Ratthapol Supasopon, du groupe LLTD, qui était venu pour distribuer des tickets gratuits pour le film. 

Après le coup d'Etat du 22 mai, des groupes de Thaïlandais, souvent des étudiants, avaient fait des manifestations symboliques, avec le geste à trois doigts des "Hunger Games" ou en lisant en public le célèbre livre "1984" de George Orwell, pamphlet contre le totalitarisme. Mais le mouvement s'était étiolé face aux interpellations et replié sur la Toile.