Prolifique et éclectique Joann Sfar ! Alternant crayon, pinceaux, plume ou caméra, il n’en finit pas de multiplier les projets (pas toujours avec un égal bonheur, reconnaissons-le). Mais son Petit Vampire, création de cœur car autobiographie cryptée, demeure son grand œuvre : bandes dessinées à succès (publiées chez Dargaud depuis 1999), déjà déclinée en série télévisée, en roman, en jeu de société… Ne manquait encore que le grand écran : c’est chose faite et bien faite.

Le cœur du récit demeure identique. Petit Vampire habite avec sa mère, Pandora, un manoir invisible aux mortels. Pandora est poursuivie depuis des siècles par le Gibbous, un être diabolique à face de lune, furieux d’avoir été éconduit. Sous la protection du Capitaine des morts, Petit Vampire et sa mère partagent leur éternité avec une pittoresque communauté fantastique.

Interdit de sortie pour échapper au Gibbous, Petit Vampire se lasse des séances quotidiennes de ciné-club de films d’horreurs et fait le mur… pour aller à l’école. Avec ses amis Fantomate, un bouledogue rouge volant à l’accent marseillais, Marguerite, ogre peureux qui raffole du caca et Ophtalmo, créature à trois yeux, il corrige clandestinement les devoirs de Michel, petit humain tout aussi solitaire. Et pour cause : il est orphelin (l’auteur a perdu sa mère à quatre ans). Quand les deux gamins se rencontrent, ils nouent une amitié. Mais le Gibbous n’est pas loin, qui les entraîne dans une aventure.

Malgré ses multiples influences (voir, ici, les films d’horreur de la Hammer prisés des créatures du manoir), Joann Sfar a su déployer aux fils de ses œuvres une esthétique et un style qui lui sont propres.

Le meilleur de l’auteur se retrouve ici : humour, tendresse, ode à l’imaginaire, à la différence et à l’amitié. Si les monstres existent (le Gibbous est le parfait croque-mitaine des contes), tous ne sont pas méchants. L’altérité, rappelle l’humaniste Sfar, est source d’enrichissement.

Se greffe à ce message subliminal une nouvelle lecture, impromptue mais opportun écho de l’actualité de l’année : Petit Vampire est un gamin confiné qui veut quitter sa bulle (le manoir du Capitaine des morts est littéralement sous cloche) pour aller à l’école se faire des amis. L’imaginaire n’est pas fuite, mais construction.

Petit Vampire Animation fantastique De Joann Sfar Scénario Joann Sfar et Sandrina Jardel Avec les voix de Louise Lacoste, Camille Cottin, Jean-Paul Rouve,… Durée 1h21.

© DR