Marcellooo, Marcellooo !" Anita Ekberg appelant Marcello Mastroianni à venir l’embrasser dans la fontaine de Trevi est une scène mythique du cinéma. Aussi culte que celle de la bouche de métro soulevant la robe plissé de Marilyn Monroe. Un mythe toujours actuel. A Gand, se déroule jusqu’au 25 janvier une exposition Fellini dont le cœur est précisément cette scène et son interprète qui vient de s’éteindre dans le dénuement, à 83 ans.

Elle refusait le terme de pin-up

Cette exposition avait d’ailleurs fâché Anita Ekberg à cause d’un mur de magazines où elle faisait la une, affichant ses formes naturellement généreuses. "La plus belle femme du monde" selon les amateurs de pin-up, "L’Eve de la création" d’après Fellini qui s’était nourri des démêlés de la starlette avec les paparazzi pour écrire "La Dolce Vita". Paparazzi est d’ailleurs une invention de Fellini, c’est le pluriel de Paparazzo, le nom du photographe qui accompagne le journaliste (Mastroianni) dans son film. Fin des fifties, miss Suède 1950 faisait carrière à Rome où sa plastique sculpturale était appréciée, le jour dans les péplums, et la nuit dans les boîtes de la Via Veneto.

Anita Ekberg refusait donc de se voir comme une pin-up mais bien comme une actrice. Toutefois dans sa filmographie, seuls deux titres se distinguent. "La Dolce Vita" et "Intervista" où Fellini organisait les retrouvailles d’Anita et Marcello, 25 ans plus tard.

Pin-up ou actrice ? Anita Ekberg restera à jamais une icône dont le tout dernier long métrage ‘Le Nain rouge" fut réalisé par notre compatriote Yvan Le Moine. Projeté en ouverture du festival de Namur en 1998, Anita Ekberg avait fait le déplacement en star, avec dix malles de bagages pour trois jours. Elle nous avait raconté la scène mythique de son point de vue.

"La scène de la fontaine de Trevi est inspirée d’un incident qui m’est réellement arrivé. Je faisais une séance photo à Rome près de la fontaine de Trevi. J’étais fatiguée, j’ai enlevé mes chaussures, ça me détend de marcher pieds nus. Malheureusement, je me suis blessée et je suis allée jusqu’à la fontaine pour rincer un peu l’entaille. L’eau était délicieusement fraîche, j’ai relevé ma jupe et j’ai mis mes deux jambes dans l’eau. Pier Luigi - NdlR un ami paparazzi travaillant pour Tempo - s’est mis à mitrailler. La photo a été publiée partout. Fellini a eu l’idée de se servir de la scène dans son film. Le problème, c’est qu’il a tourné fin février, début mars, l’eau était terriblement glacée. Moi j’étais là, pieds nus, jambes nues alors que Marcello portait une combinaison de plongée. En plus, il buvait de la vodka pour se tenir chaud. Quand c’était son tour de me rejoindre, il était parfois tellement ivre qu’il tombait. Alors, il fallait le reconduire à sa roulotte, le sécher, le changer et le ramener. C’est arrivé trois fois, en attendant moi je restais là. Quand on a fini par la tourner, je ne sentais plus mes jambes, je ne pouvais plus bouger. On a dû venir me chercher et me porter."