L’avenir s’annonçait radieux pour Jeronicus Jangle (Justin Cornwell endosse le costume de l’inventeur dans sa jeunesse) : une boutique reconnue, des inventions en pagaille, un cerveau en ébullition mais surtout une épouse complice et une fillette admirative. Il en était persuadé : avec sa dernière trouvaille en date - un petit automate animé et parlant -, sa fortune était assurée. Las, son apprenti Gustafson, avide de succès, fuit en emportant le fameux Don Juan Diego ainsi que son fameux grimoire renfermant le détail de toutes ses inventions.

S’ensuit une impitoyable dégringolade qui entraîne la ruine de Jeronicus, la maladie de son épouse et son décès inopiné. Incapable de surmonter son chagrin, Jeronicus sombre dans une profonde dépression et décide d’envoyer sa fille Jessica très loin, en pension.

Bien des années plus tard, on retrouve Jeronicus (Forest Whitaker campe l’inventeur vieillissant) dans sa caverne d’Ali Baba "Jangle & things" transformée en Mont-de-pitié, il y vit entouré d’objets aux mécanismes fragiles dont il est le réparateur attitré. La banque menace de saisir sa boutique...


Inventivité et témérité

Désormais mère d’une petite fille, Jessica (Anika Noni Rose) accepte, malgré sa tristesse, d’envoyer sa fille Journey (Madalen Mills) rencontrer son grand-père à l’approche de Noël. Or Jeronicus ignore que sa petite-fille a hérité de son génie mathématique et de ses dons visionnaires.

Mariant fantasy, animation et comédie musicale à un univers proche de celui d’Hugo Cabret, le film dévoilé la semaine passée sur Netflix, virevolte, chante, danse et séduira les petits et les grands. Avec son casting majoritairement afro-américain, cette comédie en costumes victoriens mais aux refrains hip-hop et R&B puise dans un imaginaire universel (Casse-Noisette, Peter Pan, Gepetto et Pinocchio, mais aussi le film Wall-e) pour réinventer un conte oublié qui implique enfants et grands-parents.

L’occasion de vibrer face au destin contrarié et aux inventions bigarrées du fameux Jeronicus Jangle, créateur jalousé de jouets extraordinaires. Et de célébrer l’entraide, la débrouillardise, les têtes bien pleines et les enfants audacieux.

Chorégraphies, décors, costumes, personnages malicieux (la postière campée par Lisa Davina Phillip est un must) : tout concourt à nous éblouir, mais c’est le mariage astucieux entre figurines en bois animées, effets spéciaux, traits de génies et cavalcades pyrotechniques qui sacre la victoire.

Jingle Jangle Féerie musicale de Noël De David E. Talbert Scénario David E. Talbert Avec Forest Whitaker, Madalen Mills, Anika Noni Rose Durée 2h02.

© DR