"Une fois que les visiteurs sont dans la salle, ils devraient pouvoir enlever le masque", estime la porte-parole Anneleen Van Troos.

Le comité de concertation a décidé tardivement jeudi soir qu'à partir de samedi, les masques seront obligatoires dans les magasins, mais aussi dans les cinémas. Vendredi matin, Kinepolis est encore dans le flou sur ce qu'une telle mesure signifie pour les clients. "Il existe déjà une recommandation de porter le masque buccal lorsque quelqu'un se déplace, et cela devient une obligation", explique Mme Van Troos. "Nous adhérons au raisonnement des autorités lorsqu'il s'agit de la circulation des visiteurs."

Mais une fois que le visiteur est dans la salle, Kinepolis estime que le masque devrait pouvoir être retiré. "Les gens sont assis tranquillement, tout en respectant une distance de sécurité. Ils sont dans leur propre bulle", souligne Mme Van Troos. "L'obligation de garder une distance d'un mètre et demi est respectée partout. En outre, il y a un maximum de 200 spectateurs par salle."

Kinepolis a déclaré au mois de mai qu'il s'attendait à un impact financier "sérieux" de la crise liée au coronavirus sur ses activités, mais a ajouté qu'il était convaincu de pouvoir faire face à ses conséquences. En Belgique, les salles ont été fermées de la mi-mars à la fin juin. Elles ont rouvert au début du mois de juillet, mais avec un taux d'occupation maximum inférieur pour assurer la distance entre les spectateurs.