Daniel Cohen n’est pas connu pour sa finesse. En 2007, "Les deux mondes", avec Benoît Poelvoorde e, n’avait pas laissé de souvenir impérissable. Pas sûr que "Comme un chef" reste davantage dans les mémoires Son dernier film surfe sur l’engouement actuel pour la cuisine, cherchant clairement à attirer dans les salles le public d’émissions culinaires comme "Top Chef", "Master Chef" ou encore "Comme un chef" sur la RTBF.

Michaël Youn, alias Jacky Bonnot, est un jeune cuisinier qui connaît son Escoffier sur le bout des doigts. Un chef un peu trop enthousiaste, viré aussi vite qu’il est engagé parce que trop exigeant avec ses clients, ne supportant pas, par exemple, que ceux-ci commandent une bouteille de rouge avec sa blanquette de veau à l’ancienne ! Mais, sa jolie jeune femme enceinte, il est temps pour lui de mettre du pain sur la table. Il accepte donc un boulot de peintre dans une résidence pour personnes âgées. Mais il ne peut s’empêcher de jeter un œil par la fenêtre des cuisines pour donner un coup de main aux cuistots Son idole, Alexandre Lagarde (un mix entre Paul Bocuse et Alain Ducasse incarné par Jean Reno), étant un voisin, le voilà, ni une ni deux, engagé comme second. Chargé d’aider le grand chef à conserver ses trois étoiles

Et c’est parti pour une comédie franchouillarde sans surprise, qui fait le grand écart entre "Ratatouille" et une version mise à jour de "L’aile ou la cuisse" (on a même droit à une visite de resto incognito déguisée). Si certains travers de la cuisine actuelle sont plutôt bien observés (mondialisation des étoilés, chefs réduits à des marques ), le film apparaît déjà vieilli, proposant un affrontement dépassé entre cuisine classique et cuisine moléculaire avec ses pipettes et autres espumas Un peu trop poussif pour être réellement savoureux.

Scénario & réalisation : Daniel Cohen. Musique : Nicola Piovani. Avec Jean Reno, Michaël Youn, Raphaëlle Agogué, Julien Boisselier, Serge Larivière 1 h 20.