Retraités, Arthur et Marion habitent une petite maison d’un quartier reculé de Londres. En rechute d’un cancer, Marion sait qu’il ne lui reste que peu de temps à vivre. Est-ce pour cette raison qu’Arthur est à ce point grincheux ? Clope au bec, il semble en effet en vouloir à la terre entière, et en particulier à son fils. Il ne voit pas d’un meilleur œil que sa femme s’épuise en répétitions dans la chorale locale, en vue de décrocher un ticket pour un prestigieux concours.

La particularité de ce chœur emmenée par la rayonnante Elizabeth (Gemma Arterton) ? Il n’est composé que de vieillards. Qui s’amusent comme des petits fous à reprendre des standards du métal ou encore des chansons aux paroles plutôt explicites Décalage assuré. Mais quand Marion lui chante "True Colors" en public, Arthur ne peut cacher son trouble. Et commence à changer de regard sur cette bande de vieux choristes

Après le thriller ("London to Brighton") et la comédie horrifique parodique ("Bienvenue au cottage"), le Britannique Paul Andrew Williams change radicalement de style en rendant hommage à ses parents. Sans être complètement original (difficile de ne pas penser à des films comme "The Full Monty" ou "Les Virtuoses"), et même si l’on peut s’agacer de le voir trop souvent verser dans le tire larmes, "Song for Marion" parvient à toucher par son ton juste. Tandis que son casting est un régal. Le couple Vanessa Redgrave-Terence Stamp fonctionne en effet à merveille. Avec une mention particulière pour ce dernier, génial en vieux grognon au grand cœur.

Scénario & réalisation : Paul Andrew Williams. Photographie : Carlos Catalán. Musique : Laura Rossi. Avec Gemma Arterton, Vanessa Redgrave, Terence Stamp, Christopher Eccleston 1h25.