Que retiendra-t-on de la 46e cérémonie des César, en dehors du triomphe de la formidable comédie d'Albert Dupontel, Adieu les cons ? Certainement pas les blagues scatologiques de Marina Fois (et même de Valérie Lemercier), qui sont quasiment tout le temps tombées à plat et ont engendré plus de consternation que de sourires.

Non, l'image forte de la soirée, c'est le passage sur scène de Corinne Masiero, pour remettre le César du meilleur costume. Dans sa tenue de Peau d'âne ensanglantée, du plus mauvais goût, tout d'abord. Une tenue qu'elle a ensuite enlevée pour se retrouver entièrement nue sur scène, avec un "No culture no future" peinturluré sur le corps.

© Abacapress

"Je voulais la robe couleur de soleil de Catherine Deneuve, on m'a dit que c'était trop cher, pas assez essentiel, a-t-elle déclaré. Ah ouais, pas assez essentielle Catherine Deneuve dans le cinéma français ?" Avant d'ajouter, sans plus aucun vêtement sur elle: "Mon dernier costume c'est Qui veut la peau de Roger l'intermittent ? Parce que maintenant, on est comme ça, tout nus ! C'est important les costumes, on a l'air con quand on en n'a pas."

Une séquence amenée à faire le tour du monde. Mais qui ne grandira pas nécessairement le cinéma français ni les César.